Notre jumelage avec Saint-Gaudens (31)

À la Une

En ce début du mois d’août, de passage en Haute-Garonne, dans les Pyrénées, nous avions organisé un temps d’échanges avec les collègues, Jean-Yves DUCLOS, maire, Joël GUILLERMIN et Evelyne RIERA, adjoints, du conseil municipal de la ville de Saint-Gaudens afin d’évoquer les perspectives de notre jumelage.

Nous avons effectué un tour complet de la commune avec les principaux projets en cours ou récemment réalisés. Nous avons beaucoup d’expériences à partager dans la gestion de nos villes, de taille égale, et jouant un rôle important au sein d’une grande intercommunalité rurale.

Nous sommes aussi revenus sur l’origine de ce jumelage issu de l’aide extraordinaire apportée en 1944 par une équipe de Saint-Gaudinois, tout juste sortis de captivité et qui décidèrent alors de venir apporter des biens de première nécessité aux habitants d’Avranches sinistrés. L’élan de générosité de ces trois hommes, par ailleurs membres de la chorale des chanteurs du Comminges, survit encore aujourd’hui à travers Michel RIBET, qui nous a reçu avec son équipe, dans son musée du circuit automobile du Comminges, et de Jean BAQUE, centenaire et témoin direct de cette belle histoire.

Depuis 2007, une association des « Amis d’Avranches » présidée par Lucette CASTEX-RASTELLI, rassemble une équipe de personnes mobilisées, avec la commune, par le développement de ces liens d’amitiés.Échanges scolaires, associatifs et sportifs, culturels… Les pistes sont nombreuses et nous auront à cœur de les explorer entre Occitanie et Normandie !

À suivre…

Avranches : démographie en hausse, selon l’INSEE

À la Une

Cette année, en 2021, devait avoir lieu sur notre commune le recensement de la population. Malheureusement, pour les raisons sanitaires que nous connaissons tous, ce recensement a été repoussé à une date qui n’a pas encore été communiquée.

En revanche, comme de coutume, l’INSEE a transmis ses estimations à la fin du mois de décembre dernier, celles-ci font état d’une tendance à la hausse du nombre d’habitants sur notre commune, entre 2013 et 2018.

Comment analyser ces chiffres et expliquer cette hausse démographique ?

Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette hausse de la population. Avranches est une ville qui bouge, qui se transforme et qui bénéficie à la fois d’un positionnement géographique favorable et d’une qualité de vie très appréciable. La bonne santé de l’activité économique de notre territoire est aussi un élément déterminant. Nous savons très bien que l’emploi est le premier facteur d’attractivité d’un territoire. Le dynamisme municipal permet lui aussi d’attirer de nouveaux habitants. Les services proposés à tous les habitants, la qualité des équipements mis à disposition des usagers, l’accompagnement du tissu associatif local qui fait vivre notre territoire, la valorisation de notre patrimoine architectural et naturel, l’animation et la rénovation urbaine de l’ensemble du territoire sont autant d’actions que nous avons menées et qui constituent aujourd’hui de sérieux atouts pour la commune nouvelle d’Avranches.

En matière de logement, nous avons également conduit une politique volontaire avec le développement de l’habitat neuf sur le territoire de la commune déléguée de Saint-Martin des Champs et un travail avec Manche Habitat à l’origine de l’occupation presque totale de logements autrefois vacants sur celui de la commune historique d’Avranches.

Cela-dit les données INSEE ne permettent pas d’analyser aussi finement l’évolution de la population. L’augmentation n’est pas limitée à quelques secteurs mais elle concerne l’ensemble du territoire de la commune nouvelle. On peut toutefois expliquer une partie de cette hausse par la création d’habitats neufs sur Saint-Martin des Champs et le très fort taux d’occupation des logements de Manche Habitat qui étaient autrefois vacants.

La tendance semble bien structurelle et non conjoncturelle. La preuve de l’attractivité d’Avranches se confirme d’ailleurs dans le temps de vacance très court lorsqu’un bien est mis en vente ou en location. En effet, la demande est actuellement supérieure à l’offre disponible. On constate aussi qu’à l’intérieur du bassin de vie avranchinais, l’ensemble des communes connaissent une hausse de la population et les entreprises locales sont presque toutes en recherche de personnel.

Evidemment, la seule action municipale ne permet pas d’expliquer cette tendance sur le long terme. Comme indiqué en premier lieu, le dynamisme économique générant de l’emploi est indispensable pour maintenir notre attractivité. L’activité commerciale et associative est également très importante à Avranches. Mais, à l’échelle communale, la présence d’élus se donnant la chance et les moyens d’attirer de nouveaux habitants, comme nous le faisons, peut faire la différence dans la saine « concurrence » qui peut exister entre différents territoires. En témoignent la construction de nouveaux logements dans la commune déléguée mais aussi la rénovation urbaine et l’amélioration de l’habitat de la commune historique d’Avranches, comme le démontre actuellement le réaménagement du quartier Saint-Gervais. Une OPAH en partenariat avec la Communauté d’agglomération Mont Saint-Michel – Normandie sera d’ailleurs lancée dès le début d’année 2021 pour poursuivre en ce sens.

L’attractivité d’une ville est une course de fond et non un sprint !

Brève missive à La Manche Libre

À la Une

Brève missive à La Manche Libre, vieille dame de la presse départementale,

Le 24 décembre dernier, La Manche Libre s’est émue d’avoir été comparée à l’une de ses jeunes congénères, BFM : « BFM du bocage » avait-il été dit oralement lors d’un conseil communautaire au sujet du traitement quelque peu « à charge » et polémique de l’actualité de l’abattoir de Saint-Hilaire.

Mais la vieille dame est susceptible et elle s’est rebiffée, dans ses propres colonnes, en se posant en victime d’une situation qu’elle compare à ce que la presse de Turquie endure sous le joug tyrannique du président Erdogan…

Nous serions donc les Erdogan (et peut-être Poutine ?) du bocage ?

Allons Madame, soyez raisonnable et évitez de vous fourvoyer dans te telles comparaisons qui montrent à quel point vous mesurez bien mal la situation dramatique de la presse en Turquie…Non !

Nous ne sommes pas des tyrans et nous respectons la liberté de la presse plus que tout, car elle incarne la liberté d’expression qui fonde notre pacte républicain. Toutefois lorsque nous déplorons les faiblesses, les imprécisions et le traitement partial dont nous sommes assez souvent l’objet, il nous semble bien légitime de réagir.Car, pour conclure, nous aussi nous sommes LIBRES, madame !

Libres de communiquer, libres de dire aux médias qu’ils se trompent et font preuve d’imprécisions, lorsqu’il est utile de le faire cela va sans dire.Pour le reste, libre à vous d’informer et de valoriser ce que notre territoire et ses habitants ont de plus beau à révéler.

David Nicolas & David Juquin

Images : La Manche Libre (hormis celle où figurent les véritables Poutine et Erdogan)

Avranches & Saint-Martin : notre programme !

À la Une

 

Chers concitoyennes et concitoyens,

À quelques jours du premier tour de l’élection municipale et communautaire, nous portons à votre connaissance les grands axes de notre projet pour l’avenir de votre commune Avranches & Saint-Martin-Des-Champs.

 

Le 15 mars, vous voterez pour la liste qui vous semblera répondre le mieux à vos attentes. Être maire ou conseiller municipal n’est pas un métier; c’est une chance qui s’offre à chaque citoyen souhaitant s’engager pour sa commune et se mettre au service des habitants, quotidiennement.

Depuis 6 ans, tous les jours à votre écoute, nous avons travaillé pour donner une autre image de notre commune, embellie et dynamique !

Pour autant, ce n’est pas terminé. Ce que nous vous proposons aujourd’hui est le fruit de notre expérience et des forums participatifs de l’automne, au cours desquels vous nous avez clairement exprimé vos envies.

Comme vous et l’immense majorité des français, nous avons à coeur de relever les grands défis auxquels nous sommes collectivement confrontés : transition écologique, maintien des services publics de proximité, sécurité, solidarité et mobilité, qualité de vie, renouvellement urbain, autant de causes pour lesquelles nous serons engagés à vos côtés pour les 6 ans à venir !

Aussi, le 15 mars, renouvelez-nous votre confiance, votez Aimons Avranches & Saint-Martin !

2014-2020 : bilan d’un mandat municipal

À la Une

Chers concitoyens,

À un mois de l’élection municipale de mars 2020,
nous venons, à travers ce document, vous présenter notre bilan de mandat.

Les six années qui viennent de s’écouler ont constitué un mandat particulier, marqué par des réformes territoriales et budgétaires importantes, communales et communautaires. Dans ce contexte mouvant, nous avons eu à cœur de travailler avec vous en faveur du développement de nos belles communes d’Avranches et de Saint-Martin-des-Champs.

Aucun domaine de l’action publique n’a été oublié.
Nous avons réussi, tout en favorisant des investissements ambitieux, à maîtriser nos dépenses publiques pour désendetter la commune et réduire nos dépenses de fonctionnement.

 

 

En ce début d’année 2020, nous sommes heureux qu’Avranches et Saint-Martin des Champs bénéficient d’une belle dynamique ; notre commune est attractive et offre une qualité de vie reconnue à laquelle notre engagement municipal a largement contribué.

Sur la base de ce bilan, nous porterons un projet pour un second mandat, pour poursuivre et confirmer le renouveau de notre commune, renouveau auquel nous travaillons avec rigueur et enthousiasme !

David Nicolas, Jacques Lucas et l’équipe Avranches & Saint-Martin

 

 

Notre liste AIMONS AVRANCHES & SAINT-MARTIN ! pour les élections municipales de mars 2020

À la Une

Voici les noms et les visages de mes colistiers qui auront à coeur de porter notre projet d’avenir pour notre commune nouvelle AVRANCHES & SAINT-MARTIN !

 

David NICOLAS (46 ans), AVRANCHES

Annie PARENT (57 ans), AVRANCHES

Jacques LUCAS (69 ans), SAINT-MARTIN

Nadine CALVEZ (56 ans), AVRANCHES

Christian COSSEC (54 ans), AVRANCHES

Martine LORIN (66 ans), SAINT-MARTIN

Hervé LAINÉ (65 ans), AVRANCHES

Angélique FERREIRA (44 ans), AVRANCHES

Philippe COLLET (64 ans), SAINT-MARTIN

Valérie BUSSON (54 ans), AVRANCHES

Thierry PENNEC (59 ans), AVRANCHES

Anne-Laure TANNIER-FÉRÈS (40 ans), SAINT-MARTIN

Kentin TIERCELIN-PASQUER (26 ans), AVRANCHES

Camille PÉSCHET (31 ans), AVRANCHES

Michel GUEZET (65 ans), SAINT-MARTIN

Rina ROZIYEV (30 ans), AVRANCHES

Germain DELALANDE (31 ans), AVRANCHES

Nadia MARQUET (50 ans), SAINT-MARTIN

Roland CARO (62 ans), AVRANCHES

Françoise CATHERINE (65 ans), AVRANCHES

François SAINT-JAMES (55 ans), AVRANCHES

Fabienne MOALIC (47 ans), SAINT-MARTIN

Bertrand CLAVEAU (63 ans), SAINT-MARTIN

Catherine LUXIN (49 ans), AVRANCHES

Maurice LAINÉ (52 ans), SAINT-MARTIN

Sylvie GUICHARD (61 ans), AVRANCHES

Bernard THALAMY (54 ans), AVRANCHES

Blandine COQUELIN (60 ans), SAINT-MARTIN

Jean-Claude LAINÉ (67 ans), SAINT-MARTIN

Anne SOURDIN (62 ans), AVRANCHES

Jacques THOLON (58 ans), AVRANCHES

Stéphanie BIDET (48 ans), SAINT-MARTIN

Norbert DORRIÈRE (61 ans), SAINT-MARTIN

Odile MOREL (70 ans), AVRANCHES

Philippe TISSOT (78 ans), AVRANCHES

Aux habitants de la commune nouvelle d’Avranches Saint-Martin des Champs

À la Une

Nous voici donc déjà en 2020 !

Voilà donc six ans, bientôt, que j’occupe avec enthousiasme cette fonction hors du commun de maire d’une commune de France. Un mandat, une fonction, une « charge » comme on l’entend parfois, qui associe de multiples compétences et appelle, quotidiennement, semaine après semaine une implication totale, tant psychique que physique.

Les six années qui viennent de s’écouler furent sans aucun doute les plus riches de toute mon existence. Six années de projets, de réflexions, de rencontres, de discussions tantôt âpres, tantôt apaisées et sereines ; six années de réunions et de commissions, de conseils municipaux et communautaires, de rendez-vous avec « Vous », mes chers concitoyens, vous qui placez toute votre confiance dans votre commune, dans notre commune que j’ai humblement essayé « d’incarner » durant tout ce mandat. Oui, les fonctions de maire, dans toutes les communes de France, résident tout d’abord dans la capacité que nous avons à écouter, répondre et agir en faveur de nos concitoyens, quelques soient leurs conditions sociales, culturelles, professionnelles, quelques soient leurs attentes, leurs besoins, leurs peines ou parfois leurs colères !

En devenant maire, nous apprenons à oublier notre propre individualité ; nous devenons, d’une certaine manière, chacun d’entre « Vous ». C’est un curieux sentiment que cette empathie qui peu à peu devient une seconde nature, un autre soi. On associe trop souvent les fonctions électives à la notion de « pouvoir », pourtant, je vous l’assure, ce pouvoir, je ne l’ai jamais ressenti si ce n’est dans la capacité à agir dès qu’il était nécessaire de le faire, dans l’intérêt général.

J’ai beaucoup appris aussi sur vos existences, vos attentes, vos craintes et votre vision de l’avenir, pour vous, vos enfants et vos petits-enfants. C’est en vous écoutant que je me suis nourri pour devenir ce que je suis et forger ma vision de ce que doit être une commune comme Avranches ! C’est dans cette interaction permanente avec vous que j’ai conforté le sens de mon engagement municipal et que j’ai puisé l’énergie nécessaire afin de surmonter les épreuves les plus rudes. C’est au contact des situations individuelles les plus dramatiques comme dans vos joies les plus simples que j’ai trouvé matière à étoffer mon éthique qu’il me plait de faire rimer chaque jour un peu plus avec politique.

Nous avons une chance inouïe de vivre dans cette baie du Mont-Saint-Michel unique, dont les paysages sans cesse renouvelés nous offrent un cadre de vie exceptionnel. Et c’est ici, et à vos côtés, en parcourant quotidiennement nos rues, nos quartiers, en essayant d’améliorer notre cadre de vie auquel nous sommes tant attachés, que j’ai compris que nous devions accorder un soin particulier à ces espaces publics qui nous appartiennent collectivement !

Je compare souvent la ville à « un grand corps vivant », avec son squelette constitué de ses rues, de ses îlots d’habitations, de ses places et de ses jardins ; « un grand corps vivant » avec ses organes vitaux que sont nos commerces, nos services publics, nos écoles, nos établissements de santé, nos espaces socio-culturels, etc. ; « un grand corps vivant » avec ses flux assurés par ses habitants, que nous soyons piétons, cyclistes ou automobilistes, et qui chaque jour parcourent cette ville pour la faire vivre. Qu’un commerce ferme ici, qu’un service public déménage là, et tout un quartier peut basculer, se nécroser. C’est donc bien là le rôle du maire et du conseil municipal que de veiller au bon fonctionnement de ce grand corps vivant qu’est la commune. Aujourd’hui, votre attente est forte de voir évoluer notre monde en faveur d’un meilleur respect de notre environnement. Qu’il s’agisse d’alimentation, d’urbanisme, de mobilité, de consommation d’énergie, etc., nous devons plus que jamais être à l’écoute du « corps vivant » de notre commune et nous devons désormais être attentifs et réactifs aux enjeux de l’adaptation climatique derrière lesquels se cachent l’ensemble des paramètres indispensables au bon fonctionnement de notre société, dans les domaines sociaux, économiques, éducatifs, culturels et de la Santé.

Cela dit, le maire n’est pas seul pour relever l’ensemble de ces défis ! En effet, ces six années sont aussi celles de la constitution d’une équipe municipale très engagée qui, au fil des mois, a appris à se connaître et à travailler ensemble, à développer des méthodes, une équipe qui s’est formée pour bien maîtriser les rouages du fonctionnement d’une collectivité locale. Des rouages souvent complexes qui reposent sur des ressources humaines riches et aux métiers divers, qui sont conditionnés par des contextes budgétaires contraignants mais aussi par un cadre législatif particulièrement mouvant. Je pense par exemple aux rebondissements inattendus de ce mandat qui a vu la baisse drastique des dotations de l’État à notre collectivité, au regroupement communautaire ambitieux que nous avons dû porter à l’échelle du Sud-Manche, ou encore à notre souhait de créer la commune nouvelle avec Saint-Martin des Champs, pour davantage de coopération et d’efficacité. Les six années que nous venons de vivre, tous ensemble, nous ont permis d’éprouver, d’expérimenter cette intelligence collective qui constitue le fondement de toute société démocratique et à laquelle nous sommes particulièrement attachés.

En espérant que vous nous accordiez, au mois de mars prochain, la possibilité de poursuivre ce que nous avons entrepris avec conviction depuis six ans, je voudrais tout simplement vous dire merci ; oui, merci pour l’honneur et la confiance qui m’ont été accordés en devenant maire d’Avranches, cette ville que nous aimons tant !

Merci à mes collègues adjoints et conseillers municipaux pour leur engagement et leur soutien, merci aux équipes et aux agents de notre belle collectivité qui, quotidiennement, assurent le bon fonctionnement des services publics de la commune.

Enfin, je vous souhaite à toutes et tous une bonne année 2020, santé, sérénité et fraternité à partager avec tous ceux qui vous sont chers.

Thomas Becket : de Canterbury à Avranches, 850 d’histoire !

À la Une

Le 29 décembre 2019, à Canterbury dans le Kent, en Angleterre, avait lieu le 849e anniversaire du meurtre de l’archevêque Thomas Becket dans sa cathédrale.

Invité par Justin Welby, l’actuel archevêque de Canterbury, à participer à cet événement, dont le dénouement se tint à Avranches le 21 mai 1172, avec la pénitence du roi d’Angleterre et duc de Normandie Henri II Plantagenêt, reconnu coupable d’avoir commandité le meurtre de Thomas Becket, j’ai pu mesurer l’importance de la symbolique de cet événement historique qui résonne encore aujourd’hui dans un contexte géopolitique complexe.

À l’heure du Brexit il nous appartient plus que jamais d’entretenir les liens culturels et d’amitié entre nos pays européens.

80656204_2580078368893274_8883942626877767680_n

 

 

ÉGALITÉ HOMMES FEMMES

À la Une

Le matin du 19 décembre 2019, à la sous-préfecture d’Avranches, avait lieu la signature du contrat local de lutte contre les violences sexistes et sexuelles dans l’arrondissement d’Avranches, dans le cadre du Grenelle des violences.

Cette réunion s’est tenue sous la présidence du sous-préfet Gilles TRAIMOND et du procureur de la République Cyril LACOMBE ; elle a accueilli de nombreux élus locaux communaux et départementaux ainsi que tous les services concernés par cette grande cause.

La ville d’Avranches, déjà très impliquée dans le réseau VIF (violences intra-familiales), était représentée par Martine Lorin, adjointe en charge du CCAS, qui a signé la charte au nom de la commune nouvelle d’Avranches Saint-Martin des Champs.

Les travaux ayant abouti à ce contrat local ont débuté le 27 juin dernier ; ils visent à un engagement de tous les acteurs du réseau avec la mise en œuvre d’une base de données interne au réseau, à la diffusion d’outils communs et au renforcement des points de contact en faveur des victimes.À l’échelle nationale, l’État souhaite favoriser la mobilité des victimes en créant 1000 places d’hébergement supplémentaires.Il s’agit aussi de développer la prévention : avec la prise en charge et l’accompagnement des victimes, leur écoute et leur orientation vers la police, la gendarmerie, les services sociaux, le 115, les pompiers… En augmentant l’accès au droit des victimes, tout en accentuant les efforts quant à la places des enfants dans les situations critiques.D’une manière générale, l’objectif est de densifier le maillage opérationnel en faisant connaître au public l’ensemble des 44 référents de ce réseau ; l’enjeu est de taille sur notre territoire rural où l’enclavement s’avère plus important et concoure à une plus grande difficulté à identifier les situations critiques.

 

La datation du chef de saint Aubert !

À la Une

Portant la trace d’une étonnante perforation, attribuée à l’intervention divine de l’archange saint Michel, cette relique fut redécouverte il y a 1000 ans par les moines bénédictins du Mont puis déposée à Avranches en 1791, lors de la confiscation des biens du clergé ; depuis elle est conservée et exposée à la basilique Saint-gervais d’Avranches.

Le 25 juillet 2019, à l’initiative du professeur Pierre Bouet, le laboratoire d’anthropologie de l’université de Caen avait procédé à un examen du crâne de saint Aubert, célèbre relique de l’évêque fondateur du Mont Saint-Michel au tout début du VIIIe siècle. À cette occasion, en accord avec la paroisse et le diocèse de Coutances et d’Avranches, la ville d’Avranches a engagé l’étude par un laboratoire lyonnais de quelque grammes de matière osseuse afin de procéder à une datation par carbone 14 de la relique.

Crâne trépané datant du néolithique ? Boite crânienne victime d’une tumeur bénigne ? « invention révolutionnaire » ?

Parmi toutes ces spéculations, le mardi 17 décembre, à 16h30, à la mairie d’Avranches, nous avons donc présenté le résultat de cette datation scientifique, qui détermine avec une relative précision l’époque à laquelle vécu l’individu auquel appartenait cette boîte crânienne perforée, selon la légende, par l’archange saint Michel…

La datation enfin connue…

De 662 à 770 après Jésus-Christ, voilà la fourchette de dates donnée par l’analyse par radio carbone du crâne de saint Aubert.

Une quarantaine de personnes était présente à la conférence de presse, ce soir à la mairie, pour prendre connaissance de ce résultat commenté par le professeur Pierre BOUET, grand historien normand et fin connaisseur de l’histoire du Mont Saint-Michel.

Cette datation permet d’affirmer que l’individu à qui appartenait cette boîte crânienne était bien un mérovingien contemporain de la fondation du premier sanctuaire à saint Michel, au début du huitième siècle de notre ère ; rien ne s’oppose donc à ce qu’il s’agisse bien du crâne de l’évêque d’Avranches fondateur du Mont Saint-Michel !

Pierre BOUET a pu redonner les grandes étapes de la découverte de cette relique en 1017, et après qu’elle eut été dissimulée par les chanoines qui vivaient sur le Mont depuis l’époque d’Aubert jusqu’à leur éviction par les moines bénédictin, vers 966.