Écoparc de Tirepied

À la Une

Depuis maintenant quatre semaines, le dossier de la cession de l’écoparc de Tirepied a fait couler beaucoup d’encre.

Beaucoup de personnes se sont exprimées, pour de nombreuses raisons, souvent très différentes et avec des visées évidemment polémiques.

Et, sur ce sujet, j’ai fait le choix de réserver la primeur des informations fiables dont nous disposions aux élus de la communauté d’agglomération qui étaient en droit de les attendre avant qu’elles ne paraissent dans les médias locaux.

Imaginez la réaction de mes collègues si j’avais communiqué par voie de presse des informations dont ils étaient légitimement les premiers destinataires !

Bref.

Partant de ce principe que je considère comme éminemment démocratique, au cours des quatre dernières semaines, des présentations, suivies de débats, ont été faites aux membres du bureau communautaire, aux membres de la commission économie tourisme, aux membres du comité d’orientation et enfin dans des réunions de pôles territoriaux, à Saint-James, Saint-Hilaire, Mortain, Brécey et Avranches qui se sont achevées jeudi dernier.

Ce cycle de réunion mené tambour battant, va se conclure par une ultime réunion plénière qui se tiendra en amont de notre conseil communautaire ordinaire de ce mardi 24 septembre, afin de transmettre toutes les données utiles, une dernière fois, et nourrir nos débats.

Pour information, et pour répondre à l’inquiétude du journaliste de Ouest-France et qui fait référence au code général des collectivités territoriales (cf. lien numérique ci-joint : https://www.ouest-france.fr/normandie/avranches-50300/avranches-conseil-d-agglo-ecoparc-en-l-absence-de-la-presse-6529515), nous organisons régulièrement ce type de réunion plénière on ne peut plus légale pour traiter divers sujets.

Pour conclure ce petit billet, je rappelle que la communauté d’agglomération a été très prudente dans sa communication, sans pour autant refuser de répondre régulièrement aux questions posées par la presse, du fait de la corrélation, immédiatement établie dès la fin août, entre le dossier de cession écoparc et la situation délicate de la société Remade ; cette situation nécessitait d’avoir les idées claires sur la réalité propre à chacun des deux sujets afin de ne pas perturber la mission de ceux qui travaillent au maintien des emplois qui doit demeurer LA priorité pour nous tous.

Force est de constater que le temps de la gestion sereine des dossiers est incompatible avec les trépidations médiatiques autour de sujets comme ceux-ci. C’est très regrettable, car dans ce type de tourmente la « casse » est humainement terrible…

Ce « feuilleton médiatique » savamment mené a été particulièrement éprouvant pour beaucoup et notamment pour les services de la communauté d’agglomération qui ont, au cœur de la tempête, su répondre aux attaques, aux rumeurs et aux contre-vérités de manière très professionnelle. Je les remercie ici vivement.

Suite au conseil communautaire de ce mardi, nous pourrons donc communiquer au grand public, de manière précise, chiffrée et juridique, sur le bilan de cet « héritage » hors du commun que constitue l’écoparc de Tirepied, imaginé et conçu par la communauté de commune de Brécey puis du Val de Sée, entre 2010 et 2016.

Nous pourrons ainsi évoquer son coût pour la collectivité, en termes d’investissement public et de fonctionnement depuis sa création, mais aussi ses perspectives de développement.

EPIC du Mont Saint-Michel : fédérer les énergies !

À la Une

Aujourd’hui, jeudi 14 mars 2019, presque deux ans après la décision prise par Bernard Cazeneuve, son successeur, le premier ministre Édouard Philippe, est venu lancer officiellement la création de l’établissement public industriel et commercial (EPIC) du Mont Saint-Michel.

53690346_2347487018819078_856339946800152576_n

Nous sommes nombreux à attendre depuis plusieurs mois cette évolution positive dans la gestion de ce site touristique international emblématique de Normandie.
À l’occasion de la table ronde organisée ce matin, j’ai pu rappeler à quel point le Mont-Saint-Michel était un lieu de convergences ; convergence des cultures, carrefour de civilisations, Patrimoine mondial de l’humanité.
Un site où le génie humain a su innover au fil des siècles dans les domaines de l’art et de l’architecture, mais aussi de l’aménagement du territoire !

53283545_2347487015485745_8674783277250248704_nLe Mont c’est aussi un lieu où s’expriment des valeurs humaines fortes : un lieu où l’homme se surpasse face aux contraintes du temps, des éléments et des aléas de l’histoire…

La nouvelle page qui s’ouvre dans l’histoire de ce site remarquable est une invitation à relever un nouveau défi, celui de l’entente entre les nombreux acteurs qui font vivre le site tant bien que mal mais malheureusement en ordre dispersé.
Nous allons devoir fédérer nos énergies de façon à faire fructifier nos spécificités respectives, entre collectivités territoriales, opérateurs privés et services de l’État.

J’ai beaucoup insisté sur la nécessité de renouer les liens multiséculaires entre la merveille de l’Occident et le territoire qui l’a fait grandir, de Cancale à Granville en passant par Avranches !
Le Mont-Saint-Michel est bien entendu un phare connu à travers le monde mais il doit aussi redevenir un lieu familier pour les habitants de la Baie.

Monsieur Christophe Beaux été nommé par le premier ministre pour organiser le futur ÉPIC qui devra voir le jour au 1er janvier 2020. Nous lui avons souhaité la bienvenue et l’avons assuré de notre total soutien dans sa mission.

 

53706684_2347487035485743_260940896982269952_n

 

54207606_2347487078819072_6126249662052564992_n

Partenariats territoriaux, ville, EPCI & Région Normandie

À la Une

Le lundi 4 décembre 2017, Avranches ainsi que la communauté d’agglomération Mont-Saint-Michel-Normandie recevaient la visite d’Hervé Morin, président de la région Normandie.

24232849_304060010089023_3528260719337635822_n
En début de matinée, en compagnie d’élus communautaires, le président Morin a visité les locaux de la société Théault, qui illustre le dynamisme du bassin économique d’Avranches. L’entreprise Théault fabrique des vans pour les éleveurs de chevaux, qui s’exportent à travers le monde, et connait une croissance remarquable du fait de savoir-faire exceptionnels. Dans un second temps, le président a rencontré une centaine de chefs d’entreprises du territoire pour évoquer avec eux les grands sujets de l’attractivite régionale, de l’emploi et de la formation.

Puis, le président Morin a été accueilli à l’occasion de la nomination d’Avranches par la Région parmi les 7 villes normandes lauréates du projet de redynamisation des centre-villes reconstruits.

Avranches fait en effet partie des villes sélectionnées par la Région Normandie dans le cadre de l’appel à projets lancé au printemps 2017, en direction des 19 villes normandes reconstruites, dont 16 villes moyennes. « La redynamisation des centres-villes reconstruits constitue un facteur important pour le développement et l’attractivité du territoire. C’est pourquoi, devant la qualité et l’ambition des dossiers déposés, la Région a décidé de retenir 7 villes, au lieu des 5 prévues, et d’augmenter l’enveloppe prévue à cet effet. Au total, la Région mobilisera plus de 11,3 millions d’euros, au lieu des 10 millions d’euros initialement prévus, pour accompagner les projets des villes lauréates » a déclaré Hervé Morin, Président de la Région Normandie.

Sur un montant de près de 5 millions d’euros, la Région devrait accompagner le projet de la ville d’Avranches à hauteur de plus d’1,5 million d’euros pour :

• La rénovation de l’îlot n°1, hautement symbolique car premier îlot reconstruit et situé en cœur de ville au carrefour de la place Littré, de la rue de la Constitution et de la rue du Dr Gilbert, en coopération avec les propriétaires privés (requalification des parties communes et cœurs d’îlots des immeubles en copropriété privée),

24296604_1990270344570085_8157886351107266521_n

• La réhabilitation du centre Jacques Simon, patrimoine remarquable de la reconstruction, doit y contribuer ; d’autant plus que s’y ajoutent un axe médico-social fort et une finalité d’inclusion des personnes handicapées, en lien avec les acteurs du territoire : institut médico-éducatif, centre médico-psycho-pédagogique (réhabilitation d’équipements publics emblématiques de l’architecture de la reconstruction),

• Le réaménagement de la place Carnot, lieu qui conserve la mémoire des bombardements et qui mérite un aménagement digne de sa situation privilégiée au centre de la Ville et à proximité du Jardin des plantes, .

Le passage en mairie du président Morin s’est achevé par la visite de la bibliothèque patrimoniale où nous avons pu examiner quelques beaux manuscrits médiévaux normands !

24796440_304060213422336_4250080401446488470_n

Et, enfin, Nicolas Bellée, fondateur de la société WD bags, a pu remettre à Hervé Morin un sac estampillé Normandie 1066/1944 « made in Avranches ». Tout un symbole !

IMG_0474

En conclusion de cette visite, un temps d’échange a réuni une cinquantaine de maires de notre espace communautaire autour de discussions riches et variées : mobilité, économie, études supérieures ; autant de sujets qui feront l’avenir de notre territoire !

Le granite de l’Avranchin, entre économie et patrimoine

À la Une

Le 12 septembre 2017, dans le cadre de nos visites de terrain, au cœur du territoire communautaire, j’ai bénéficié avec Franck Esnouf, vice-président en charge du pôle territorial du Val de Sée, d’une visite de la carrière Chatel à Saint-Michel-de -Montjoie, sous la houlette de Fabrice Fréret.

Aujourd’hui, 13 hommes travaillent dans cette carrière de granite et perpétuent la tradition millénaire des carriers normands qui fournirent les matériaux nécessaires à la construction de nos monuments dont le Mont Saint-Michel est le joyau.

Ce patrimoine géologique commun à l’ensemble de notre communauté d’agglomération #montsaintmichelnormandie, ce granit bleu d’une qualité extraordinaire est toujours utilisé dans de nombreux projets urbains, comme à Hambye, Bréhal, Avranches, Cherbourg, Caen, etc., mais la concurrence est rude avec les roches chinoises, brésiliennes ou encore portugaises…

Se pose enfin la question délicate de la relève puisque des départ en retraite, d’ici deux ans, risquent d’être difficiles à remplacer faute de formation adaptée à la transmission des savoir-faire devenus rares…

Il nous appartient de défendre notre patrimoine et ainsi favoriser le maintien de nos emplois et de nos entreprises.

 

Patrimoine, tourisme & échanges culturels européens

À la Une

Lundi 16 mai 2017, avec François Saint-James et Hervé Bierjon, directeur de l’office de tourisme de la communauté d’agglomération, j’ai accueilli à Avranches James St Aubyn et son épouse Mary, propriétaires du St Michael’s Mount en Cornouailles britanniques.

m2m33

L’histoire de ce cousin britannique de notre Mont Saint-Michel, situé à l’extrémité occidentale du Royaume Uni, est liée à notre territoire ; comme le précise le cartulaire du Mont Saint-Michel, fameux manuscrit conservé à Avranches, le mont anglais fut concédé par Édouard le Confesseur au Mont Saint-Michel au commencement du XIe siècle. Cette donation en faveur des moines normands fut confirmée après la conquête de 1066, lorsque Robert de Mortain devint comte de Cornouailles.
Voilà pourquoi entre ces deux endroits… toute ressemblance n’est en rien fortuite !
Aujourd’hui ouvert à la visite, 400 milles touristes se pressent chaque année vers le rocher pour admirer son somptueux jardin exotique et la résidence du Lord St. Levan chef de la famille St. Aubyn.

Cette rencontre avait vocation à ébaucher les liens futurs de coopération entre notre communauté d’agglomération et cette belle région touristique de Grande Bretagne.

Pour en savoir plus : www.stmichaelsmount.co.uk
https://www.facebook.com/stmichaelsmount/?fref=ts

#montsaintmichelnormandie

18486448_220992081729150_605519038174167757_n18516094_1953860211515096_2030818995_n18578584_1953860164848434_1451480642_n

Agriculture, culture et tourisme normands

À la Une

Agriculture

Les lundi 27 et mardi 28 février 2017, ont été l’occasion de quitter le territoire du sud-Manche pour une « escapade parisienne » afin de participer à l’inauguration du stand de la Normandie au salon de l’agriculture.

Lors de ce moment officiel, qui a permis au élus des cinq départements normands et au président de la région d’affirmer l’attachement de la Normandie à son agriculture (avec la visite du premier ministre), de nombreux échanges ont pu se faire avec les professionnels normands des filières agricoles régionales. La crise est bien là mais la volonté de tous est manifeste pour repenser les modes de productions.

Un compte-rendu de ce moment est disponible en ligne sur le site Agri-culture.fr :

http://www.agri-culture.fr/article/agriculture-dossiers/sia-2017-le-pavillon-de-la-normandie-symbole-de-la-reunification

img_5967

img_5966

Le premier ministre Bernard Cazeneuve s’accorde une halte prolongée sur le stand de la Manche au côté de Philippe Bas

L’espace dédié à l’élevage avec les plus beaux spécimens de nos races locales régionales, dont nos superbes vaches normandes ou encore notre mouton avranchin : un patrimoine remarquable

Culture

De l’agriculture à la culture, il n’y a qu’un pas ! Le lundi soir, à l’hôtel de Sully, avait lieu la présentation du projet de festival de musiques sacrées (des trois religions monothéistes) qui verra le jour cette année du 21 au 24 septembre.
Tout le sud-Manche est concerné par ce projet porté par le département de la Manche et le groupe Bayard, le centre des monuments nationaux.
La communauté de commune Granville Terre & Mer et la communauté d’agglomération #montsaintmichelnormandie seront partenaires de cet événement national dont la programmation a été confiée à René Martin (Directeur artistique de la folle journée de Nantes) qui proposera plus de 80 concerts répartis sur plusieurs sites remarquables des deux collectivités : Ardevon, Avranches, Carolles, Granville, Genêts, Pontorson, etc., pour s’achever en apothéose au Mont Saint-Michel !

capture-decran-2017-02-28-a-20-01-23

Henri Martin, en charge de la programmation du festival, au côté du président du Conseil Départemental Philippe Bas de Philippe Bélaval directeur du Centre des monuments nationaux, au côté des élus du sud-Manche Jean-Marie Sévin, président de Granville Terre & Mer, et Michel Caens, élu de Bréhal également vice-président culture et patrimoine du Pays de la Baie

Tourisme

Pour clore ces deux journées hors d’Avranches, j’étais le mardi 28 février à Fécamp pour assister à l’assemblée générale du « cluster » Normandie médiévale qui se tenait au Palais de la Bénédictine de Fécamp. Ce club composé de collectivités, d’associations et de professionnels du tourisme, est porté par le Conseil régional de Normandie et le Comité régional du tourisme de Normandie, représentés par Mme Marie-Agnès Poussier-Winsback, maire de Fécamp, dans lequel la Ville d’Avranches mais aussi la communauté d’agglomération Mont Saint-Michel Normandie tiendront une place importante.

Le cluster Normandie médiévale permettra de fédérer les sites et territoires liés à la thématique du Moyen Âge, mais aussi de coordonner et de valoriser leurs actions et manifestations. Édition d’une brochure, labellisation d’événements, création d’un site internet, publication d’un Guide du Routard et développement des relations presse, voilà quelques actions concrètes déjà en marche pour promouvoir la Normandie médiévale.

Plus d’informations sur la démarche du cluster Normandie médiévale sur le site de la Chaîne Normande :

http://www.lachainenormande.tv/Replay/informations/Le-journal-en-image/Cluster-Normandie-medievale-Y1ihdwULkw.html

 

Une journée hors d’Avranches

À la Une

Mercredi 14 décembre 2016, j’étais en déplacement hors d’Avranches pour assister, à la mairie de Lisieux, à une présentation de la nouvelle politique contractuelle de la région Normandie, par le president Hervé Morin.
En 2016, les maires des 22 villes moyennes de Normandie ont élaboré avec les élus de la région une véritable stratégie de développement à l’intention de nos villes centres qui, au sein des grandes inter-communalités, devront jouer un rôle de locomotive dans les domaines de la Santé, des transports, de l’économie, de l’aménagement de leurs centre-villes et de la formation.
Le président a réaffirmé l’importance des politiques dites de développement durable qui devront miser sur la biodiversité, la bonne gestion des ressources en eau, la maîtrise des dépenses énergétiques, etc., en précisant que 10 territoires seront choisis afin de bénéficier d’une labellisation spécifique dans le champ de l’autonomie énergétique notamment.

Puis, l’après-midi, je poursuivais mon périple à Paris, au Palais Royal, pour l’installation du nouveau Conseil National de l’Inventaire Général du Patrimoine Culturel.
Recenser, étudier et faire connaître les patrimoines, telles sont les missions des services régionaux de l’inventaire dont les politiques nationales sont décidées dans cette instance où je siège désormais en tant que représentant des maires de France.
Mission nationale, certes, mais avec une dimension locale forte tant les enjeux sont primordiaux à l’échelle de notre future communauté d’agglomération Mont-Saint-Michel/Normandie.
Enjeux de sauvegarde et de valorisation de nos patrimoines architecturaux, culturels, environnementaux et paysagers ; mais aussi enjeux économiques et touristiques forts avec une véritable stratégie de développement à élaborer au cours des mois prochains entre la Région, le Département et l’EPCI.
Cette réunion tripartite qui réunissait l’État, les instances scientifiques de l’Inventaire et des Universités, et les collectivités (régions et communes de France) a permis d’esquisser une feuille de route pour l’année 2017 avec, notamment, un projet national d’étude des spécificités du littoral national ; la Baie du Mont-Saint-Michel y occupera une place importante.

Ce 14 décembre restera pour moi une journée importante au cours de laquelle j’aurais eu l’opportunité de faire rayonner le nom d’Avranches à l’échelle normande et nationale en amorçant de belles coopérations futures au service de beaux projets.

Carrière d’Apilly : 60 ans d’histoire

Le mardi 4 octobre 2016, avec Hervé Lainé, adjoint aux finances de la ville d’Avranches, nous avons eu l’opportunité de visiter la carrière d’Apilly, à la limite de notre territoire d’Avranches. Nous avons été guidés par Thomas Blin responsable du site qui emploie une quarantaine de personnes et qui produit un volume important de matériaux pour le groupe Pigeon TP Normandie.

L’entreprise exploite le schiste métamorphisé de la cornéenne (roche sédimentaire durcie et compressée lors de la remontée du granite il y à 560 millions d’années) pour produire les différents types de graviers et de sables indispensables aux projets d’aménagements de notre territoire. L’exploitation de cette carrière ouverte il y a plus de 60 ans est particulièrement respectueuse des prescriptions environnementales et accueille aussi le stockage des déchets inertes produits dans notre région.

Künkel sas, une pépite normande dans l’univers du bois

Vendredi 23 septembre 2016, au Teilleul, j’ai eu le privilège de visiter la scierie Künkel qui, pour fêter ses 50 ans, ouvrait exceptionnellement ses portes à tous les curieux, professionnels et grand public.

En compagnie de quelques élus du sud-Manche, du préfet de la Manche et du sous-préfet d’Avranches, invités par Véronique et Christophe Künkel à découvrir de l’intérieur leur entreprise remarquable de notre région, nous avons pu apprécier le savoir faire de cette société aujourd’hui reconnu à l’échelle européenne et qui permet de maintenir une cinquantaine d’emplois sur le territoire de la future communauté d’agglomération « Mont-Saint-Michel Normandie »…

Toutes les informations utiles sur le site de l’entreprise Künkel sas :

http://www.kunkel.fr/fr/accueil

Rémi James, le luxe à Saint-Laurent de Cuves

Le 8 juin 2016, à l’invitation du maire de Saint-Laurent de Cuves, Franck Esnouf, un petit groupe d’élus du sud-Manche a pu bénéficier d’une visite de l’entreprise de Rémi James, ébéniste haut de gamme, une « pépite économique » de notre future communauté de communes qui a réalisé plus de 20 millions de chiffre d’affaires en 2015.

Cette visite a permis de découvrir, de l’intérieur, le travail de cette société forte d’une centaine de salariés qui travaille à l’international sur de prestigieux chantiers d’aménagements d’hôtels, de boutiques ou de yachts.

Labellisée Entreprise du patrimoine vivant, l’entreprise de Rémi James est aussi attachée à la formation avec, notamment, l’accueil permanent de compagnons du devoir et aussi à l’innovation avec un investissement important dans le domaine de la recherche et du développement.

http://www.james.tm.fr