Une rencontre

Il y a exactement une semaine, je faisais la rencontre de Samir dans les rues d’Avranches.

C’était le soir du critérium cycliste.Samir prenait des photos de la course, je me suis trouvé dans l’objectif de son appareil et nous nous sommes salués, puis avons bavardé quelques instants…

Samir était avec son frère, tous deux sont pensionnaires du CADA, ayant fui leur pays natal, la Syrie. Après cette première rencontre très brève nous sommes retrouvés à la mairie cette semaine pour un échange plus long.

Nous avons évoqué son parcours de réfugié… La guerre, les bombardements, les villes totalement détruites, les attaques au gaz avec des gamins qui meurent asphyxiés dans les bras de leurs parents. Nous en avons parlé, et surtout Samir m’a montré des vidéos qu’il a lui-même réalisé alors.

Horreur Indescriptible.

Incompréhensible même pour nous aujourd’hui, en France. Nous sommes en paix, ai-je alors pensé. Nous sommes en paix… malgré nos soucis, nos mécontentements, nos frustrations, nos colères…

Nous sommes en paix.Avant que nous nous quittions Samir m’a parlé de ses projets. Et surtout il a voulu que nous fassions cette photo devant les drapeaux français de mon bureau. Bleu, blanc, rouge. Trois couleurs et un drapeau porteur d’espoir pour tant de gens loin de chez eux.

Merci Samir.

Brève missive à La Manche Libre

À la Une

Brève missive à La Manche Libre, vieille dame de la presse départementale,

Le 24 décembre dernier, La Manche Libre s’est émue d’avoir été comparée à l’une de ses jeunes congénères, BFM : « BFM du bocage » avait-il été dit oralement lors d’un conseil communautaire au sujet du traitement quelque peu « à charge » et polémique de l’actualité de l’abattoir de Saint-Hilaire.

Mais la vieille dame est susceptible et elle s’est rebiffée, dans ses propres colonnes, en se posant en victime d’une situation qu’elle compare à ce que la presse de Turquie endure sous le joug tyrannique du président Erdogan…

Nous serions donc les Erdogan (et peut-être Poutine ?) du bocage ?

Allons Madame, soyez raisonnable et évitez de vous fourvoyer dans te telles comparaisons qui montrent à quel point vous mesurez bien mal la situation dramatique de la presse en Turquie…Non !

Nous ne sommes pas des tyrans et nous respectons la liberté de la presse plus que tout, car elle incarne la liberté d’expression qui fonde notre pacte républicain. Toutefois lorsque nous déplorons les faiblesses, les imprécisions et le traitement partial dont nous sommes assez souvent l’objet, il nous semble bien légitime de réagir.Car, pour conclure, nous aussi nous sommes LIBRES, madame !

Libres de communiquer, libres de dire aux médias qu’ils se trompent et font preuve d’imprécisions, lorsqu’il est utile de le faire cela va sans dire.Pour le reste, libre à vous d’informer et de valoriser ce que notre territoire et ses habitants ont de plus beau à révéler.

David Nicolas & David Juquin

Images : La Manche Libre (hormis celle où figurent les véritables Poutine et Erdogan)

Avranches & Saint-Martin : notre programme !

À la Une

 

Chers concitoyennes et concitoyens,

À quelques jours du premier tour de l’élection municipale et communautaire, nous portons à votre connaissance les grands axes de notre projet pour l’avenir de votre commune Avranches & Saint-Martin-Des-Champs.

 

Le 15 mars, vous voterez pour la liste qui vous semblera répondre le mieux à vos attentes. Être maire ou conseiller municipal n’est pas un métier; c’est une chance qui s’offre à chaque citoyen souhaitant s’engager pour sa commune et se mettre au service des habitants, quotidiennement.

Depuis 6 ans, tous les jours à votre écoute, nous avons travaillé pour donner une autre image de notre commune, embellie et dynamique !

Pour autant, ce n’est pas terminé. Ce que nous vous proposons aujourd’hui est le fruit de notre expérience et des forums participatifs de l’automne, au cours desquels vous nous avez clairement exprimé vos envies.

Comme vous et l’immense majorité des français, nous avons à coeur de relever les grands défis auxquels nous sommes collectivement confrontés : transition écologique, maintien des services publics de proximité, sécurité, solidarité et mobilité, qualité de vie, renouvellement urbain, autant de causes pour lesquelles nous serons engagés à vos côtés pour les 6 ans à venir !

Aussi, le 15 mars, renouvelez-nous votre confiance, votez Aimons Avranches & Saint-Martin !

Aux habitants de la commune nouvelle d’Avranches Saint-Martin des Champs

À la Une

Nous voici donc déjà en 2020 !

Voilà donc six ans, bientôt, que j’occupe avec enthousiasme cette fonction hors du commun de maire d’une commune de France. Un mandat, une fonction, une « charge » comme on l’entend parfois, qui associe de multiples compétences et appelle, quotidiennement, semaine après semaine une implication totale, tant psychique que physique.

Les six années qui viennent de s’écouler furent sans aucun doute les plus riches de toute mon existence. Six années de projets, de réflexions, de rencontres, de discussions tantôt âpres, tantôt apaisées et sereines ; six années de réunions et de commissions, de conseils municipaux et communautaires, de rendez-vous avec « Vous », mes chers concitoyens, vous qui placez toute votre confiance dans votre commune, dans notre commune que j’ai humblement essayé « d’incarner » durant tout ce mandat. Oui, les fonctions de maire, dans toutes les communes de France, résident tout d’abord dans la capacité que nous avons à écouter, répondre et agir en faveur de nos concitoyens, quelques soient leurs conditions sociales, culturelles, professionnelles, quelques soient leurs attentes, leurs besoins, leurs peines ou parfois leurs colères !

En devenant maire, nous apprenons à oublier notre propre individualité ; nous devenons, d’une certaine manière, chacun d’entre « Vous ». C’est un curieux sentiment que cette empathie qui peu à peu devient une seconde nature, un autre soi. On associe trop souvent les fonctions électives à la notion de « pouvoir », pourtant, je vous l’assure, ce pouvoir, je ne l’ai jamais ressenti si ce n’est dans la capacité à agir dès qu’il était nécessaire de le faire, dans l’intérêt général.

J’ai beaucoup appris aussi sur vos existences, vos attentes, vos craintes et votre vision de l’avenir, pour vous, vos enfants et vos petits-enfants. C’est en vous écoutant que je me suis nourri pour devenir ce que je suis et forger ma vision de ce que doit être une commune comme Avranches ! C’est dans cette interaction permanente avec vous que j’ai conforté le sens de mon engagement municipal et que j’ai puisé l’énergie nécessaire afin de surmonter les épreuves les plus rudes. C’est au contact des situations individuelles les plus dramatiques comme dans vos joies les plus simples que j’ai trouvé matière à étoffer mon éthique qu’il me plait de faire rimer chaque jour un peu plus avec politique.

Nous avons une chance inouïe de vivre dans cette baie du Mont-Saint-Michel unique, dont les paysages sans cesse renouvelés nous offrent un cadre de vie exceptionnel. Et c’est ici, et à vos côtés, en parcourant quotidiennement nos rues, nos quartiers, en essayant d’améliorer notre cadre de vie auquel nous sommes tant attachés, que j’ai compris que nous devions accorder un soin particulier à ces espaces publics qui nous appartiennent collectivement !

Je compare souvent la ville à « un grand corps vivant », avec son squelette constitué de ses rues, de ses îlots d’habitations, de ses places et de ses jardins ; « un grand corps vivant » avec ses organes vitaux que sont nos commerces, nos services publics, nos écoles, nos établissements de santé, nos espaces socio-culturels, etc. ; « un grand corps vivant » avec ses flux assurés par ses habitants, que nous soyons piétons, cyclistes ou automobilistes, et qui chaque jour parcourent cette ville pour la faire vivre. Qu’un commerce ferme ici, qu’un service public déménage là, et tout un quartier peut basculer, se nécroser. C’est donc bien là le rôle du maire et du conseil municipal que de veiller au bon fonctionnement de ce grand corps vivant qu’est la commune. Aujourd’hui, votre attente est forte de voir évoluer notre monde en faveur d’un meilleur respect de notre environnement. Qu’il s’agisse d’alimentation, d’urbanisme, de mobilité, de consommation d’énergie, etc., nous devons plus que jamais être à l’écoute du « corps vivant » de notre commune et nous devons désormais être attentifs et réactifs aux enjeux de l’adaptation climatique derrière lesquels se cachent l’ensemble des paramètres indispensables au bon fonctionnement de notre société, dans les domaines sociaux, économiques, éducatifs, culturels et de la Santé.

Cela dit, le maire n’est pas seul pour relever l’ensemble de ces défis ! En effet, ces six années sont aussi celles de la constitution d’une équipe municipale très engagée qui, au fil des mois, a appris à se connaître et à travailler ensemble, à développer des méthodes, une équipe qui s’est formée pour bien maîtriser les rouages du fonctionnement d’une collectivité locale. Des rouages souvent complexes qui reposent sur des ressources humaines riches et aux métiers divers, qui sont conditionnés par des contextes budgétaires contraignants mais aussi par un cadre législatif particulièrement mouvant. Je pense par exemple aux rebondissements inattendus de ce mandat qui a vu la baisse drastique des dotations de l’État à notre collectivité, au regroupement communautaire ambitieux que nous avons dû porter à l’échelle du Sud-Manche, ou encore à notre souhait de créer la commune nouvelle avec Saint-Martin des Champs, pour davantage de coopération et d’efficacité. Les six années que nous venons de vivre, tous ensemble, nous ont permis d’éprouver, d’expérimenter cette intelligence collective qui constitue le fondement de toute société démocratique et à laquelle nous sommes particulièrement attachés.

En espérant que vous nous accordiez, au mois de mars prochain, la possibilité de poursuivre ce que nous avons entrepris avec conviction depuis six ans, je voudrais tout simplement vous dire merci ; oui, merci pour l’honneur et la confiance qui m’ont été accordés en devenant maire d’Avranches, cette ville que nous aimons tant !

Merci à mes collègues adjoints et conseillers municipaux pour leur engagement et leur soutien, merci aux équipes et aux agents de notre belle collectivité qui, quotidiennement, assurent le bon fonctionnement des services publics de la commune.

Enfin, je vous souhaite à toutes et tous une bonne année 2020, santé, sérénité et fraternité à partager avec tous ceux qui vous sont chers.

ÉGALITÉ HOMMES FEMMES

À la Une

Le matin du 19 décembre 2019, à la sous-préfecture d’Avranches, avait lieu la signature du contrat local de lutte contre les violences sexistes et sexuelles dans l’arrondissement d’Avranches, dans le cadre du Grenelle des violences.

Cette réunion s’est tenue sous la présidence du sous-préfet Gilles TRAIMOND et du procureur de la République Cyril LACOMBE ; elle a accueilli de nombreux élus locaux communaux et départementaux ainsi que tous les services concernés par cette grande cause.

La ville d’Avranches, déjà très impliquée dans le réseau VIF (violences intra-familiales), était représentée par Martine Lorin, adjointe en charge du CCAS, qui a signé la charte au nom de la commune nouvelle d’Avranches Saint-Martin des Champs.

Les travaux ayant abouti à ce contrat local ont débuté le 27 juin dernier ; ils visent à un engagement de tous les acteurs du réseau avec la mise en œuvre d’une base de données interne au réseau, à la diffusion d’outils communs et au renforcement des points de contact en faveur des victimes.À l’échelle nationale, l’État souhaite favoriser la mobilité des victimes en créant 1000 places d’hébergement supplémentaires.Il s’agit aussi de développer la prévention : avec la prise en charge et l’accompagnement des victimes, leur écoute et leur orientation vers la police, la gendarmerie, les services sociaux, le 115, les pompiers… En augmentant l’accès au droit des victimes, tout en accentuant les efforts quant à la places des enfants dans les situations critiques.D’une manière générale, l’objectif est de densifier le maillage opérationnel en faisant connaître au public l’ensemble des 44 référents de ce réseau ; l’enjeu est de taille sur notre territoire rural où l’enclavement s’avère plus important et concoure à une plus grande difficulté à identifier les situations critiques.

 

La maison du partage a ouvert ses portes !

À la Une

Précédemment connu en tant que « Centre Abbé Pierre », le bâtiment de la rue des Sorbiers nécessitait d’importants travaux pour répondre aux besoins des associations de distributions de l’aide alimentaire. Afin d’améliorer l’accueil des bénéficiaires, d’offrir de meilleures conditions de distribution pour les bénévoles de l’ASACA et des Restos du Cœur mais aussi de créer un espace d’animation de vie sociale, un important chantier de rénovation s’est déroulé ces derniers mois.

Rendus possible grâce au co-financement de l’Etat, du Conseil départemental de la Manche, de la Caisse d’allocations familiales et de la commune nouvelle d’Avranches, ces travaux sont à présent terminés et les associations investissent déjà les nouveaux espaces mis à leur disposition.

Le mardi 10 décembre, ce lieu rebaptisé par les habitants « Maison du partage » a été inauguré autour d’un verre et d’une soupe de l’amitié, en présence des autorités locales, des représentants des structures œuvrant dans le champs de la solidarité et des bénévoles de l’ASACA et des Restos du Cœur.

À cette occasion, le rôle déterminant de ces associations pour établir une société plus solidaire a été salué et les bénévoles ont été chaudement remerciés pour leur dévouement, leur écoute et le réconfort qu’ils apportent au quotidien.

Journée du deuil allemand, 16 novembre 2019

À la Une

Au Mausolée de Huisnes-sur-mer

La cérémonie communément appelée journée du deuil allemand, s’est tenue comme de coutume au Mausolée de Huisnes-sur-mer. Pour beaucoup des personnes présentes ce fut un moment particulièrement important en cette année 2019, qui aura été l’année du 75e anniversaire du débarquement allié en Normandie, mais aussi de cette bataille de Normandie qui trouva son issue, ici même, au sud d’Avranches, lors de la percée devenue célèbre du Général Patton.

Une année riche en commémoration, riche en émotions, avec les ultimes témoignages des acteurs de ce deuxième conflit mondial au cours duquel soldats et civils mélangèrent leurs destins souvent tragiques.

Il y a plus d’un an, lorsque nous avions imaginé le programme de nos célébrations, ici dans le sud du département de la Manche, sur le territoire de notre communauté d’agglomération Mont-Saint-Michel Normandie, nous avions souhaité les inaugurer avec le Mémorial Day qui traditionnellement est célébré à Avranches, place Patton, puis au cimetière militaire américain De Montjoie Saint-Martin ; et déjà, nous avions envisagé cette journée du 16 novembre comme la date finale de notre cycle mémoriel.

Car, s’il est des lieux emblématiques qui témoignent avec force des drames humains de cette seconde guerre mondiale en Normandie nos deux nécropoles américaine et allemande en sont sans aucun doute les plus marquants.

Cela dit, si le cimetière de Montjoie Saint-Martin demeure un lieu qui rend un hommage éclatant à nos libérateurs, ici, face au Mont-Saint-Michel, c’est un tout autre message qui nous est délivré. Un message bouleversant, qui a mon sens prend immanquablement une dimension européenne, et constitue un héritage lourd qui nous parle de guerres ancestrales d’une terrible violence, et qui opposèrent deux peuples pourtant si proches !

Le mausolée de Huisnes est un lieu d’une force symbolique extraordinaire ; placé au centre de la baie du Mont-Saint-Michel, une baie où s’exerce dans l’esprit des hommes, et depuis treize siècles, le combat mystique de l’Archange saint Michel contre le mal, cet endroit fut choisis pour recevoir les dépouilles de plus de 11.000 hommes, femmes et enfants, victimes du conflit mais aussi de ses suites politiques.

Ce lieu symbolise à lui seul toutes les souffrances du peuple européen, il témoigne de l’absurdité de ces guerres fratricides et vaines dans un lieu où la beauté et l’immensité des paysages nous conduit au recueillement et à la sérénité.

Oui, je l’affirme, ce mausolée est un lieu magnifique. Un lieu qui bouleverse, qui conduit à méditer sur le destin de l’humanité… Mais malheureusement, peut-être, un lieu trop méconnu, trop secret, qu’il nous appartient de faire connaître, de faire vivre pour que chacun d’entre nous endosse pleinement son rôle de militant de la paix, de la réconciliation et de l’amitié entre les peuples.

Amitié concrétisée en ce jour où les lycéens de la ville de Korbach nous ont fait l’honneur de leur présence. Korbach, ville allemande de la Hesse, jumelle d’Avranches depuis 1963, et avec laquelle les relations débutèrent au lendemain de la guerre, dès 1953, avec une volonté farouche d’avancer sur le chemin de la réconciliation, seulement huit ans après la fin du conflit !

Nous avons pu redire à nos amis allemands que, sans leur présence cette cérémonie n’aurait pas été aussi solennelle et aussi riche de sens ; donc, au nom de l’ensemble des autorités présentes nous avons pu les remercier du fond du cœur de leur venue en Normandie mais aussi les féliciter pour leur engagement aux côtés de leurs professeurs.
Je suis convaincu, comme j’avais eu l’occasion de leur le dire le matin même lors de leur accueil à la mairie d’Avranches, que nos échanges constituent le ciment de notre Europe, qu’ils permettent de dépasser nos altérités, et d’unifier nos actions en faveur de la paix.

Cette année est aussi particulière puisque nous célébrons le 30e anniversaire de la chute du mur de Berlin et de l’effacement de ce rideau de fer qui scinda l’Europe pendant de trop longues années. Et mes mots n’auraient sans doute pas la même sincérité si à l’occasion des échanges scolaires auxquels je pu participer en 1988 et 1989, avec Korbach, nous n’avions pu éprouver physiquement l’absurdité de cette frontière à laquelle nous rendions visite avec nos professeurs pour bien comprendre la nature des cicatrices du passé ; cicatrice physique et culturelle, comme une véritable balafre le fil de fer barbelé au centre de l’Europe, mais aussi cicatrice psychologique dont nous sommes tous imprégnés.

Et d’une manière certaine, le mausolée de Huisnes où nous célébrons cette journée du deuil allemand en votre compagnie est aussi une cicatrice, la cicatrice de la bataille de Normandie, de la libération du nord-ouest de la France et de notre drame européen que nous nous évertuons, année après année, décennie après décennie, à commuer en message d’espoir à l’intention des générations futures.

Pour conclure il convient de remercier l’ensemble des personnes qui s’impliquent dans ce projet, qui au-delà de sa dimension patrimoniale et mémorielle, possède une dimension éminemment éducative, au sens plein du terme.
Permettez moi de citer plus particulièrement le pasteur Pierre Rapp, Frédéric Besnier, madame Sonia Quiviger, Olivier Bayard, Philippe Breton et l’ensemble des enseignants des collèges et Lycées d’Avranches et de sa région qui se sont mobilisés cette année, les écoles de musique de la communauté d’agglomération autour de Jean-Christophe Police, et Alain-Gilles Chaussat chargé de mission du projet Pays d’Art et d’Histoire de la communauté d’agglomération Mont Saint-Michel Normandie.

Vive la France, vive l’Allemagne, vive la réconciliation entre nos peuples,

Et, plus que jamais, vive l’Europe !

74277277_2814755795224168_9094512907621761024_n.jpg

La cérémonie en présence de Monsieur le ministre plénipotentiaire de l’ambassade d’Allemagne à Paris,
Monsieur le préfet de la Manche,
Monsieur le Sénateur Jean Bizet
Monsieur le conseillé départemental, représentant du président Lefèvre, maire de Pontorson, André Denot
Monsieur le maire de Huisnes-sur-Mer, Yann Rabasté
Mesdames et messieurs les maires et élus du Sud-Manche
Monsieur le chef d’escadron de la compagnie de gendarmerie, commandant Van Blitz
Messieurs les représentants des cultes,
Monsieur le directeur du mausolée de Huisnes sur Mer,
Monsieur l’intendant du cimetière américain de Montjoie Saint-Martin,
Messieurs les représentants des associations patriotiques
Messieurs les anciens combattants, mesdames et messieurs les porte-drapeaux,
Mesdames et messieurs les enseignants,
Les enfants des écoles du Sud-Manche et les lycéens de Korbach

Aimons Avranches & Saint-Martin, notre commune nouvelle !

À la Une

Mercredi 2 octobre 2019, plusieurs avons rencontré la presse locale afin d’annoncer la façon dont nous souhaitons travailler avec les habitants d’Avranches et de Saint-Martin des Champs dans la perspective de la campagne électorale pour les élections municipales de mars 2020.

Suite à cette première rencontre (les liens vers les articles parus en ligne sont disponibles ci-dessous), trois questions écrites complémentaire m’ont été posées ; je les publie ici ainsi que les réponses adressées au journal La Manche Libre.

MjAxOTEwOWU0OWQ2MGM2MWQwNzkzOGQzZmJhZTU5NzhmNTdmYTI
de gauche à droite : Hervé Lainé, David Nicolas, Jacques Lucas, Christian Cossec, Nadine Calvez, Martine Lorin, Philippe Colet, Michel Guézet, Thierry Pennec et Roland Caro ; image Ouest-France

Quand as-tu décidé de te représenter et pourquoi ?

Tout d’abord, je dois dire que cette décision n’est pas unilatérale. C’est la décision de l’équipe municipale, élargie depuis la création de la commune nouvelle, et qui a souhaité s’engager dans un deuxième mandat.
Depuis 2014 nous fonctionnons de manière collégiale et cette décision est également le résultat d’une concertation de l’équipe.

Quel bilan tires-tu de cette première mandature ?

Ce mandat a pris une dimension très particulière avec les grandes réformes territoriales initiées par les gouvernements successifs. La reconfiguration communautaire a totalement changé la donne notamment en ce qui me concerne puisque je me suis trouvé en position de prendre la présidence de la communauté d’agglomération. Ce que j’assume aujourd’hui pleinement en prenant toutes mes responsabilités.
Cela dit, le mandat municipal a été particulièrement riche. Je pense que la grande majorité des élus de la commune se sont investis dans leur délégation.
La création de la commune nouvelle est également une avancée importante pour nos deux communes historiques. Cette campagne sera aussi l’occasion de poser notre bilan.

Quels projets souhaiterais-tu porter pour ce second mandat ?

Nous envisageons ce second mandat comme un moyen d’aboutir des projets que nous avons initié lors du premier.
Nous souhaitons prolonger les projets de rénovation urbaine : la place Carnot, le quartier Saint-Gervais avec ses différentes composantes, pour ne citer que ces deux exemples, tout en améliorant l’interconnexion des deux communes historiques par des voies de circulation douces qui doivent nous conduire à une politique de mobilité à l’échelle de la zone urbanisé en impliquant les communes voisines.

Nous souhaitons également continuer à travailler étroitement avec la gendarmerie nationale sur la sécurité en ville.
D’une manière très générale, nous voulons contribuer à l’amélioration de la qualité de vie à Avranches et Saint-Martin ; cela passe par l’amélioration des espaces publics mais aussi par le renforcement du lien social entre tous les habitants quelques soient leurs conditions et leurs âges.

Dans cette perspective, nous voulons oeuvrer avec le tissu associatif local qui contribue très largement à cette qualité de vie !
Nous avons aussi à cœur de valoriser la qualité environnementale d’Avranches et de sa région, en permettant aux habitants de profiter d’espaces végétalisés urbains et de services toujours plus qualitatifs dans ce domaine.
Enfin, nous sommes convaincus de la chance que nous avons d’avoir un centre-ville très dynamique sur le plan commercial. Nous souhaitons continuer à travailler avec les acteurs locaux de façon à maintenir la bonne dynamique actuelle, en favorisant notre attractivité résidentielle.

À suivre…

Voici les liens vers les différents articles parus suite à cette rencontre avec les médias locaux :

  • France bleu :

https://www.google.fr/amp/s/www.francebleu.fr/amp/infos/politique/election-municipale-a-avranches-le-maire-sortant-consulte-la-population-en-prelude-a-sa-campagne-1570026176

  • Ouest-France :

https://www.google.fr/amp/s/amp.ouest-france.fr/normandie/avranches-50300/avranches-maire-et-maire-delegue-entrent-en-precampagne-6547213

  • La Manche Libre :

https://www.google.fr/amp/s/www.lamanchelibre.fr/amp-778217-manche-david-nicolas-repart-avec-jacques-lucas-pour-un-second-mandat-a-avranches.html

  • La Gazette de la Manche :

https://actu.fr/normandie/avranches_50025/une-premiere-liste-se-prepare-elections-municipales-2020-avranches_28102792.html

Écoparc de Tirepied

À la Une

Depuis maintenant quatre semaines, le dossier de la cession de l’écoparc de Tirepied a fait couler beaucoup d’encre.

Beaucoup de personnes se sont exprimées, pour de nombreuses raisons, souvent très différentes et avec des visées évidemment polémiques.

Et, sur ce sujet, j’ai fait le choix de réserver la primeur des informations fiables dont nous disposions aux élus de la communauté d’agglomération qui étaient en droit de les attendre avant qu’elles ne paraissent dans les médias locaux.

Imaginez la réaction de mes collègues si j’avais communiqué par voie de presse des informations dont ils étaient légitimement les premiers destinataires !

Bref.

Partant de ce principe que je considère comme éminemment démocratique, au cours des quatre dernières semaines, des présentations, suivies de débats, ont été faites aux membres du bureau communautaire, aux membres de la commission économie tourisme, aux membres du comité d’orientation et enfin dans des réunions de pôles territoriaux, à Saint-James, Saint-Hilaire, Mortain, Brécey et Avranches qui se sont achevées jeudi dernier.

Ce cycle de réunion mené tambour battant, va se conclure par une ultime réunion plénière qui se tiendra en amont de notre conseil communautaire ordinaire de ce mardi 24 septembre, afin de transmettre toutes les données utiles, une dernière fois, et nourrir nos débats.

Pour information, et pour répondre à l’inquiétude du journaliste de Ouest-France et qui fait référence au code général des collectivités territoriales (cf. lien numérique ci-joint : https://www.ouest-france.fr/normandie/avranches-50300/avranches-conseil-d-agglo-ecoparc-en-l-absence-de-la-presse-6529515), nous organisons régulièrement ce type de réunion plénière on ne peut plus légale pour traiter divers sujets.

Pour conclure ce petit billet, je rappelle que la communauté d’agglomération a été très prudente dans sa communication, sans pour autant refuser de répondre régulièrement aux questions posées par la presse, du fait de la corrélation, immédiatement établie dès la fin août, entre le dossier de cession écoparc et la situation délicate de la société Remade ; cette situation nécessitait d’avoir les idées claires sur la réalité propre à chacun des deux sujets afin de ne pas perturber la mission de ceux qui travaillent au maintien des emplois qui doit demeurer LA priorité pour nous tous.

Force est de constater que le temps de la gestion sereine des dossiers est incompatible avec les trépidations médiatiques autour de sujets comme ceux-ci. C’est très regrettable, car dans ce type de tourmente la « casse » est humainement terrible…

Ce « feuilleton médiatique » savamment mené a été particulièrement éprouvant pour beaucoup et notamment pour les services de la communauté d’agglomération qui ont, au cœur de la tempête, su répondre aux attaques, aux rumeurs et aux contre-vérités de manière très professionnelle. Je les remercie ici vivement.

Suite au conseil communautaire de ce mardi, nous pourrons donc communiquer au grand public, de manière précise, chiffrée et juridique, sur le bilan de cet « héritage » hors du commun que constitue l’écoparc de Tirepied, imaginé et conçu par la communauté de commune de Brécey puis du Val de Sée, entre 2010 et 2016.

Nous pourrons ainsi évoquer son coût pour la collectivité, en termes d’investissement public et de fonctionnement depuis sa création, mais aussi ses perspectives de développement.

Avranches 14 juillet 2019

À la Une

Mesdames et messieurs, chers amis,

Je suis comme toujours très heureux de vous accueillir au nom du conseil municipal, en ce 14 juillet, dans notre bel hôtel de ville à l’occasion de notre fête nationale. C’est un réel plaisir de vous retrouver aussi nombreux pour ce moment patriotique qui permet à chacun et de chacune d’entre nous de manifester notre attachement à la France et aux valeurs de notre République.

Le 14 juillet c’est, vous le savez mais j’aime le rappeler, le souvenir d’une date historique, celle de la fête de la Fédération qui eut lieu le 14 juillet 1790 pour commémorer le premier anniversaire de la prise de la Bastille.

Cette fête, suggérée à l’Assemblée par La Fayette, célèbre la fédération de toute la nation française, alors en cours de constitution et alors que le pays reste encore constitué de Provinces héritières de duchés dont les « coutumes », au sens juridique du terme, sont souvent très différentes. Aussi, l’Assemblée en instituant cette commémoration du 14 Juillet avait bien à cœur de célébrer la réconciliation de TOUS les Français et d’engager notre pays sur la voie de l’unité nationale.

Déjà, donc, 230 ans, après la prise de la Bastille, et 229 ans après la fête de la Fédération, nous perpétuons cette tradition républicaine des départements et des communes qui jetèrent les bases de notre 14 juillet contemporain qui NOUS place, nous le peuple français au centre des célébrations en nous permettant d’affirmer notre souveraineté.

L’an passé le 14 juillet avait une saveur particulière avec cette coupe du monde, que l’équipe nationale avait enflammé, au gré de ces victoires successive et s’apprêtait à remporter. Rarement un 14 juillet n’avait rassemblé autant d’événements populaires de portée nationale et partout dans le Pays, les Français s’étaient rassemblés dans une même liesse nationale.

Et un an après nous revenons à un 14 juillet moins enflammé mais qui nous offre l’opportunité de réfléchir le rôle de la France, dans l’Europe et dans le Monde.

Cette année est celle du 75e anniversaire de notre Libération.

Avranches, dans deux semaines, vivra un temps fort avec la commémoration du 31 juillet, date historique de la percée d’Avranches réalisée par la troisième armée du général Patton. Il s’agit d’une date pour nous souvenir, pour se rappeler des mécanismes ordinaires de la guerre et du devoir de maintenir la Paix et la Liberté en combattant tous les obscurantismes.

Ces commémorations nous permettront d’accueillir nos amis européens des villes jumelés et partenaires, pour concrétiser nos indispensables relations d’amitiés ; et nous continuons à tisser notre réseau avec le Japon par exemple, dont les émissaires partagent la même visons d’échanges pacifiques, et d’échanges culturels et touristiques.

Au côté des grandes orientations diplomatiques données pas nos États, il nous revient le devoir d’œuvrer à notre échelle de tisser ces relations, d’inciter notre jeunesse à parcourir l’Europe et le monde afin de mesurer l’altérité des peuples et ainsi faire tomber les barrières de la « peur » et donc du « rejet » de ce qui est « étranger ».

C’est selon moi, l’une des meilleures manières de battre en brèche les idéologies du repli sur soi qui conduisent invariablement dans les impasses nationalistes que nous connaissons et que nous observons ici et là.

Donc, il nous revient aussi le devoir d’encourager notre jeunesse à s’engager au service de la France, et des relations européennes et internationales. C’est l’esprit de la France et cela doit rester dans nos gènes et constituer l’héritage des jeunes générations ! Une question ne doit jamais quitter notre esprit : notre France de l’Humanisme héritée de la Révolution et de l’après-guerre, qu’en faisons nous aujourd’hui ?

Plus que jamais, la France doit être moteur en Europe dans de nombreux domaines celui de l’Humanisme, certes, avec les enjeux migratoires qu’ils nous est impossible d’ignorer aujourd’hui ; mais aussi de la préservation de nos environnements naturels aujourd’hui fortement menacés.

Et j’ai la conviction que le premier engagement se situe à l’échelle de la commune !

Dans quelques mois, nous renouvellerons les exécutifs communaux partout en France. Ce sera un temps fort attendu pas tous les Français, un temps d’évaluation de nos mandats et de formulation de propositions nouvelles, constructives qui fasse avancer notre société sur le chemin de l’équité et de la justice sociale, de l’égalité des chances et de l’accès à l’éducation, à la santé, au travail, à la mobilité.

Au delà des querelles individuelles, c’est en œuvrant collectivement, au service de la collectivité, qu’il nous sera possible de construire ou tout simplement consolider nos acquis.

L’engagement est un devoir ! Et cet engagement qui nait la plupart du temps dans le monde associatif doit sans cesse être remis en avant car nous sommes trop souvent confrontés, au quotidien, à des postures consuméristes de la citoyenneté où l’individu pense à ses droits avant de se questionner sur ses devoirs ! Mais dans cette salle, nombreux sont ceux qui savent ce que signifie l’engagement : élus, sapeurs pompiers professionnels et bénévoles, gendarmes, membres et dirigeant d’associations, etc.

Plus que jamais, après ces cinq années au sein de ce conseil municipal, je suis convaincu par le rôle de la commune à l’échelle de notre Nation. La commune continue de constituer le socle primordial de notre République, dans le droit fil de ce que nos aînés ont bâti au fil des ans depuis 1790.

Nos communes doivent cependant se restructurer, s’associer face aux enjeux futurs ; la commune nouvelle que nous formons désormais avec Saint-Martin des Champs est la réponse à ces évolutions inéluctables qui nous obligent à être mieux armés faces à un monde qui se transforme et nous transforme. La commune a le devoir de conserver et promouvoir ce dialogue quotidien, instantané, entre chaque citoyen et sa « collectivité » !

Quoi qu’il en soit, l’engagement municipal, qu’elle que soit la commune !, est de façon évidente une manière d’accomplir utilement d’accomplir son devoir envers notre Nation qui continue de prodiguer à ses citoyens les services publics (certes parfois malmenés) indispensable à l’épanouissement de chacun et qui font de la France un pays de Liberté et de Paix.

En conclusion de cette allocution, je vous invite donc à œuvrer quotidiennement au bon exercice de votre devoir citoyen, à vous questionner sur le sens de cet héritage national que nous célébrons aujourd’hui, à ce signifie qu’être pleinement Français, de se sentir Français.

D’être fier est de revendiquer ce patrimoine national, constitué certes de « joies et de douleurs » en prenant une nouvelle fois conscience de notre valeur et de nos valeurs car, notre 14 juillet est bien un moment de cohésion et de fierté nationale !

Vive la République, Vive la France !

Et bon 14 juillet à tous !

Allocution de David Nicolas, maire d’Avranches