Notre jumelage avec Saint-Gaudens (31)

À la Une

En ce début du mois d’août, de passage en Haute-Garonne, dans les Pyrénées, nous avions organisé un temps d’échanges avec les collègues, Jean-Yves DUCLOS, maire, Joël GUILLERMIN et Evelyne RIERA, adjoints, du conseil municipal de la ville de Saint-Gaudens afin d’évoquer les perspectives de notre jumelage.

Nous avons effectué un tour complet de la commune avec les principaux projets en cours ou récemment réalisés. Nous avons beaucoup d’expériences à partager dans la gestion de nos villes, de taille égale, et jouant un rôle important au sein d’une grande intercommunalité rurale.

Nous sommes aussi revenus sur l’origine de ce jumelage issu de l’aide extraordinaire apportée en 1944 par une équipe de Saint-Gaudinois, tout juste sortis de captivité et qui décidèrent alors de venir apporter des biens de première nécessité aux habitants d’Avranches sinistrés. L’élan de générosité de ces trois hommes, par ailleurs membres de la chorale des chanteurs du Comminges, survit encore aujourd’hui à travers Michel RIBET, qui nous a reçu avec son équipe, dans son musée du circuit automobile du Comminges, et de Jean BAQUE, centenaire et témoin direct de cette belle histoire.

Depuis 2007, une association des « Amis d’Avranches » présidée par Lucette CASTEX-RASTELLI, rassemble une équipe de personnes mobilisées, avec la commune, par le développement de ces liens d’amitiés.Échanges scolaires, associatifs et sportifs, culturels… Les pistes sont nombreuses et nous auront à cœur de les explorer entre Occitanie et Normandie !

À suivre…

Thomas Becket : de Canterbury à Avranches, 850 d’histoire !

À la Une

Le 29 décembre 2019, à Canterbury dans le Kent, en Angleterre, avait lieu le 849e anniversaire du meurtre de l’archevêque Thomas Becket dans sa cathédrale.

Invité par Justin Welby, l’actuel archevêque de Canterbury, à participer à cet événement, dont le dénouement se tint à Avranches le 21 mai 1172, avec la pénitence du roi d’Angleterre et duc de Normandie Henri II Plantagenêt, reconnu coupable d’avoir commandité le meurtre de Thomas Becket, j’ai pu mesurer l’importance de la symbolique de cet événement historique qui résonne encore aujourd’hui dans un contexte géopolitique complexe.

À l’heure du Brexit il nous appartient plus que jamais d’entretenir les liens culturels et d’amitié entre nos pays européens.

80656204_2580078368893274_8883942626877767680_n

 

 

Partenariat touristique & culturel européen, sur les chemins de saint Michel

À la Une

Dans le cadre des projets de développement de l’attractivité touristique et culturelle de notre communauté d’agglomération #montsaintmichelnormandie, une petite délégation composée d’Hervé Hervé Bierjon, directeur de l’office de tourisme, et d’Alain-Gilles Chaussat, chargé de mission Pays d’art & d’histoire, avait répondu à l’invitation de Pierpaolo d’Arienzo, maire de Monte Sant’ Angelo, et de son conseil municipal, pour une première rencontre à l’occasion de la fête de saint Michel, vendredi 28 et samedi 29 septembre.

C’est dans ce sanctuaire italien des Pouilles que l’éveque d’Avranches Aubert avait envoyé en l’an 708 deux chanoines de la cathédrale afin de rapporter des reliques de l’archange nécessaires à la consécration du Mont Saint-Michel.

Avec nos homologues Italiens nous partageons la volonté de porter au niveau européen la reconnaissance des chemins de saint Michel qui, du monde britannique au Moyen Orient, ont constitué des voies de communication primordiales sur les plans économique, culturel et spirituel.

Ces premiers échanges de travail ont permis de confirmer notre volonté commune d’installer un partenariat durable entre nos deux territoires, tous deux patrimoines mondiaux de l’UNESCO, avec la signature d’un pacte d’amitié prévu au printemps de l’année prochaine.

L’ambition à moyen terme est d’encourager les pratiques touristiques itinérantes sur ces chemins michaéliques, à l’instar des chemins de saint Jacques.
Il s’agit également de mieux faire connaître l’histoire des Normands d’Italie du sud qui jetèrent, il y a un millénaire, les bases d’une culture originale au carrefour de l’Orient et de l’Occident.

Dans le cadre des projets de développement de l’attractivité touristique et culturelle de notre communauté d’agglomération #montsaintmichelnormandie, une petite délégation composée d’Hervé Hervé Bierjon, directeur de l’office de tourisme, et d’Alain-Gilles Chaussat, chargé de mission Pays d’art & d’histoire, avait répondu à l’invitation de Pierpaolo d’Arienzo, maire de Monte Sant’ Angelo, et de son conseil municipal, pour une première rencontre à l’occasion de la fête de saint Michel, vendredi 28 et samedi 29 septembre.

C’est dans ce sanctuaire italien des Pouilles que l’éveque d’Avranches Aubert avait envoyé en l’an 708 deux chanoines de la cathédrale afin de rapporter des reliques de l’archange nécessaires à la consécration du Mont Saint-Michel.

Avec nos homologues Italiens nous partageons la volonté de porter au niveau européen la reconnaissance des chemins de saint Michel qui, du monde britannique au Moyen Orient, ont constitué des voies de communication primordiales sur les plans économique, culturel et spirituel.

Ces premiers échanges de travail ont permis de confirmer notre volonté commune d’installer un partenariat durable entre nos deux territoires, tous deux patrimoines mondiaux de l’UNESCO, avec la signature d’un pacte d’amitié prévu au printemps de l’année prochaine.

L’ambition à moyen terme est d’encourager les pratiques touristiques itinérantes sur ces chemins michaéliques, à l’instar des chemins de saint Jacques.
Il s’agit également de mieux faire connaître l’histoire des Normands d’Italie du sud qui jetèrent, il y a un millénaire, les bases d’une culture originale au carrefour de l’Orient et de l’Occident.

Lieu de mémoire, patrimoine mondial & tourisme

À la Une

Le 14 septembre 2017, le temps d’une photo, à Courseulles (14), sur le site historique de Juno beach, où débarquèrent les troupes canadiennes du D-Day, Hervé Morin, président de la région Normandie a officiellement lancé la candidature pour l’obtention du label « patrimoine mondial de l’UNESCO » des plages du débarquement allié du 6 juin 1944.

Invité afin de représenter la Ville d’Avranches et ainsi manifester notre intérêt pour cette démarche mémorielle, je me suis rendu à cette manifestation comme de nombreux confrères maires afin de dire que notre ville mais aussi toute la communauté d’agglomération  Mont Saint-Michel Normandie #montsaintmichelnormandie adhèrent à ce projet ambitieux.

La percée d’Avranches, la contre-attaque de Mortain, faits historiques majeurs de la bataille de Normandie, les cimetières militaires de Montjoie-Saint-Martin et de Huisnes sur Mer, sont des éléments qui concourent à nous placer dans le sillage de notre région qui garde vivante la mémoire de cette histoire désormais inscrite dans les gènes des Normands.

 

Le granite de l’Avranchin, entre économie et patrimoine

À la Une

Le 12 septembre 2017, dans le cadre de nos visites de terrain, au cœur du territoire communautaire, j’ai bénéficié avec Franck Esnouf, vice-président en charge du pôle territorial du Val de Sée, d’une visite de la carrière Chatel à Saint-Michel-de -Montjoie, sous la houlette de Fabrice Fréret.

Aujourd’hui, 13 hommes travaillent dans cette carrière de granite et perpétuent la tradition millénaire des carriers normands qui fournirent les matériaux nécessaires à la construction de nos monuments dont le Mont Saint-Michel est le joyau.

Ce patrimoine géologique commun à l’ensemble de notre communauté d’agglomération #montsaintmichelnormandie, ce granit bleu d’une qualité extraordinaire est toujours utilisé dans de nombreux projets urbains, comme à Hambye, Bréhal, Avranches, Cherbourg, Caen, etc., mais la concurrence est rude avec les roches chinoises, brésiliennes ou encore portugaises…

Se pose enfin la question délicate de la relève puisque des départ en retraite, d’ici deux ans, risquent d’être difficiles à remplacer faute de formation adaptée à la transmission des savoir-faire devenus rares…

Il nous appartient de défendre notre patrimoine et ainsi favoriser le maintien de nos emplois et de nos entreprises.

 

Agriculture, culture et tourisme normands

À la Une

Agriculture

Les lundi 27 et mardi 28 février 2017, ont été l’occasion de quitter le territoire du sud-Manche pour une « escapade parisienne » afin de participer à l’inauguration du stand de la Normandie au salon de l’agriculture.

Lors de ce moment officiel, qui a permis au élus des cinq départements normands et au président de la région d’affirmer l’attachement de la Normandie à son agriculture (avec la visite du premier ministre), de nombreux échanges ont pu se faire avec les professionnels normands des filières agricoles régionales. La crise est bien là mais la volonté de tous est manifeste pour repenser les modes de productions.

Un compte-rendu de ce moment est disponible en ligne sur le site Agri-culture.fr :

http://www.agri-culture.fr/article/agriculture-dossiers/sia-2017-le-pavillon-de-la-normandie-symbole-de-la-reunification

img_5967

img_5966

Le premier ministre Bernard Cazeneuve s’accorde une halte prolongée sur le stand de la Manche au côté de Philippe Bas

L’espace dédié à l’élevage avec les plus beaux spécimens de nos races locales régionales, dont nos superbes vaches normandes ou encore notre mouton avranchin : un patrimoine remarquable

Culture

De l’agriculture à la culture, il n’y a qu’un pas ! Le lundi soir, à l’hôtel de Sully, avait lieu la présentation du projet de festival de musiques sacrées (des trois religions monothéistes) qui verra le jour cette année du 21 au 24 septembre.
Tout le sud-Manche est concerné par ce projet porté par le département de la Manche et le groupe Bayard, le centre des monuments nationaux.
La communauté de commune Granville Terre & Mer et la communauté d’agglomération #montsaintmichelnormandie seront partenaires de cet événement national dont la programmation a été confiée à René Martin (Directeur artistique de la folle journée de Nantes) qui proposera plus de 80 concerts répartis sur plusieurs sites remarquables des deux collectivités : Ardevon, Avranches, Carolles, Granville, Genêts, Pontorson, etc., pour s’achever en apothéose au Mont Saint-Michel !

capture-decran-2017-02-28-a-20-01-23

Henri Martin, en charge de la programmation du festival, au côté du président du Conseil Départemental Philippe Bas de Philippe Bélaval directeur du Centre des monuments nationaux, au côté des élus du sud-Manche Jean-Marie Sévin, président de Granville Terre & Mer, et Michel Caens, élu de Bréhal également vice-président culture et patrimoine du Pays de la Baie

Tourisme

Pour clore ces deux journées hors d’Avranches, j’étais le mardi 28 février à Fécamp pour assister à l’assemblée générale du « cluster » Normandie médiévale qui se tenait au Palais de la Bénédictine de Fécamp. Ce club composé de collectivités, d’associations et de professionnels du tourisme, est porté par le Conseil régional de Normandie et le Comité régional du tourisme de Normandie, représentés par Mme Marie-Agnès Poussier-Winsback, maire de Fécamp, dans lequel la Ville d’Avranches mais aussi la communauté d’agglomération Mont Saint-Michel Normandie tiendront une place importante.

Le cluster Normandie médiévale permettra de fédérer les sites et territoires liés à la thématique du Moyen Âge, mais aussi de coordonner et de valoriser leurs actions et manifestations. Édition d’une brochure, labellisation d’événements, création d’un site internet, publication d’un Guide du Routard et développement des relations presse, voilà quelques actions concrètes déjà en marche pour promouvoir la Normandie médiévale.

Plus d’informations sur la démarche du cluster Normandie médiévale sur le site de la Chaîne Normande :

http://www.lachainenormande.tv/Replay/informations/Le-journal-en-image/Cluster-Normandie-medievale-Y1ihdwULkw.html

 

Une journée hors d’Avranches

À la Une

Mercredi 14 décembre 2016, j’étais en déplacement hors d’Avranches pour assister, à la mairie de Lisieux, à une présentation de la nouvelle politique contractuelle de la région Normandie, par le president Hervé Morin.
En 2016, les maires des 22 villes moyennes de Normandie ont élaboré avec les élus de la région une véritable stratégie de développement à l’intention de nos villes centres qui, au sein des grandes inter-communalités, devront jouer un rôle de locomotive dans les domaines de la Santé, des transports, de l’économie, de l’aménagement de leurs centre-villes et de la formation.
Le président a réaffirmé l’importance des politiques dites de développement durable qui devront miser sur la biodiversité, la bonne gestion des ressources en eau, la maîtrise des dépenses énergétiques, etc., en précisant que 10 territoires seront choisis afin de bénéficier d’une labellisation spécifique dans le champ de l’autonomie énergétique notamment.

Puis, l’après-midi, je poursuivais mon périple à Paris, au Palais Royal, pour l’installation du nouveau Conseil National de l’Inventaire Général du Patrimoine Culturel.
Recenser, étudier et faire connaître les patrimoines, telles sont les missions des services régionaux de l’inventaire dont les politiques nationales sont décidées dans cette instance où je siège désormais en tant que représentant des maires de France.
Mission nationale, certes, mais avec une dimension locale forte tant les enjeux sont primordiaux à l’échelle de notre future communauté d’agglomération Mont-Saint-Michel/Normandie.
Enjeux de sauvegarde et de valorisation de nos patrimoines architecturaux, culturels, environnementaux et paysagers ; mais aussi enjeux économiques et touristiques forts avec une véritable stratégie de développement à élaborer au cours des mois prochains entre la Région, le Département et l’EPCI.
Cette réunion tripartite qui réunissait l’État, les instances scientifiques de l’Inventaire et des Universités, et les collectivités (régions et communes de France) a permis d’esquisser une feuille de route pour l’année 2017 avec, notamment, un projet national d’étude des spécificités du littoral national ; la Baie du Mont-Saint-Michel y occupera une place importante.

Ce 14 décembre restera pour moi une journée importante au cours de laquelle j’aurais eu l’opportunité de faire rayonner le nom d’Avranches à l’échelle normande et nationale en amorçant de belles coopérations futures au service de beaux projets.

Au service du patrimoine national

À la Une

J’ai appris aujourd’hui 6 décembre 2016, jour de la Saint-Nicolas, par un courrier signé de François Baroin, président de l’association des maires de France, ma nomination au sein du CONSEIL NATIONAL DE L’INVENTAIRE GÉNÉRAL DU PATRIMOINE CULTUREL.

L’inventaire général du patrimoine culturel, anciennement appelé inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France et désigné couramment comme « inventaire général », est un service national créé par décret du 4 mars 1964 à l’initiative d’André Malraux et d’André Chastel.

Sa mission est de « recenser, étudier et faire connaître les éléments du patrimoine qui présentent un intérêt culturel, historique ou scientifique ».

Cette désignation par le président Baroin, maire de Troyes, est un véritable honneur fait à la ville d’Avranches et à son maire et j’aurai à coeur d’oeuvrer au sein de cette institution à la valorisation de notre patrimoine national.

***

Décret n°2005-835 du 20 juillet 2005 pris en application de l’article 95 de la loi n°2004-839, art.7

Le Conseil national de l’Inventaire général du patrimoine culturel est présidé par le ministre chargé de la culture et, en son absence, par le directeur général des patrimoines.

Il est composé, outre son président, de quatorze membres :

• Quatre membres de droit :

→ le ministre chargé de la recherche ou son représentant ;
→ le ministre chargé de l’équipement ou son représentant ;
→ le chef de l’inspection des patrimoines ou son représentant ;
→ le directeur de l’unité mixte de recherche André Chastel (UMR 8150) ou son représentant;

• Cinq représentants des collectivités territoriales :

a) trois représentants ou leur suppléant, désignés par l’Association des régions de France:

→ Madame Hélène GIRAL, conseillère régionale de la Région Occitanie et monsieur Philippe Nachbar, conseiller régional de la Région Grand Est, son suppléant,
→ Madame Agnès SINSOULIER-BIGOT, Vice-Présidente du Conseil Régional de Centre Val de Loire et madame Anne GALLO, vice-présidente du Conseil régional de Bretagne, sa suppléante.
→ Monsieur Bertrand MASSON, conseiller régional de la Région Grand-Est et madame Emmanuelle DORMOY Vice présidente du conseil régional de Normandie, sa suppléante.

b) un représentant ou son suppléant, désigné par l’Assemblée des départements de France:

→ Véronique RIVRON, Vice-présidente du Département de la Sarthe et monsieur Raoul L’HERMINIER conseiller départemental du département de l’Ardèche, son suppléant

c) un représentant ou son suppléant, désigné par l’Association des maires de France:

→ Monsieur David NICOLAS, Maire d’ Avranches, Mme Christine MARTIN, Adjointe au maire de la ville de Dijon, sa suppléante

• Cinq personnalités qualifiées désignées en raison de leurs compétences scientifiques :

a) trois par le ministre chargé de la culture, dont deux agents exerçant leurs fonctions dans des services chargés de l’inventaire général du patrimoine culturel :

→ Madame Sabrina DALIBARD, conservatrice du patrimoine, chef du service chargé de l’inventaire général du patrimoine culturel de la région Bourgogne Franche-Comté ;
→ Madame Bénédicte RENAUD-MORAND, conservatrice en chef du patrimoine au service chargé de l’inventaire général du patrimoine culturel de la région Auvergne-Rhône-Alpes;
→ Monsieur Jean-Baptiste MINNAERT, professeur d’histoire de l’art contemporain (Architecture et urbanisme XIXème et XXème siècle) à l’Université de PARIS SORBONNE;

b) une par la conférence des présidents d’université :

→ Madame Françoise MITTELETTE, Directrice du Service Universitaire d’Activités Culturelles à l’Université de Reims Champagne-Ardenne,

c) une par l’Association des régions de France:

→ Monsieur Eric CRON, chef du service chargé de l’inventaire général du patrimoine culturel de la région Nouvelle Aquitaine, site de Bordeaux.

Les belvédères de la Baie

Le lundi 28 novembre, avec Erick Goupil, président du SCOT (shéma de cohérence territoriale du Pays de la Baie), Catherine Brunaud-Rhyn (maire de Genêts), Jean-Pierre Carnet (président de la communauté de commune de Saint-James), Pierre-Yves Mahieu (maire de Cancale) et Louis Thébault (maire de Pleine Fougères), nous avons accompagné une équipe d’architecte/paysagiste qui oeuvre actuellement dans la vallée de la Loire dans le cadre de la labellisation UNESCO de cette région remarquable de France. Travaillant plus particulièrement sur la notion de belvédère, cette équipe va vraisemblablement conduire une étude comparable à l’échelle de la Baie du Mont-Saint-Michel, également dans le cadre de la protection UNESCO dont nous bénéficions depuis 1979.

Nous avons donc effectué un tour de nos belvédères les plus emblématiques de Genêts à Cancale, en passant bien évidemment par Avranches, capitale historique des cette baie qui compte parmi les plus belles au monde. Il nous appartient de valoriser ces sites exceptionnels afin de développer un tourisme innovant fondé sur la valorisation de l’environnement et des paysages.

À suivre…

Künkel sas, une pépite normande dans l’univers du bois

Vendredi 23 septembre 2016, au Teilleul, j’ai eu le privilège de visiter la scierie Künkel qui, pour fêter ses 50 ans, ouvrait exceptionnellement ses portes à tous les curieux, professionnels et grand public.

En compagnie de quelques élus du sud-Manche, du préfet de la Manche et du sous-préfet d’Avranches, invités par Véronique et Christophe Künkel à découvrir de l’intérieur leur entreprise remarquable de notre région, nous avons pu apprécier le savoir faire de cette société aujourd’hui reconnu à l’échelle européenne et qui permet de maintenir une cinquantaine d’emplois sur le territoire de la future communauté d’agglomération « Mont-Saint-Michel Normandie »…

Toutes les informations utiles sur le site de l’entreprise Künkel sas :

http://www.kunkel.fr/fr/accueil