Avranches 14 juillet 2019

Mesdames et messieurs, chers amis,

Je suis comme toujours très heureux de vous accueillir au nom du conseil municipal, en ce 14 juillet, dans notre bel hôtel de ville à l’occasion de notre fête nationale. C’est un réel plaisir de vous retrouver aussi nombreux pour ce moment patriotique qui permet à chacun et de chacune d’entre nous de manifester notre attachement à la France et aux valeurs de notre République.

Le 14 juillet c’est, vous le savez mais j’aime le rappeler, le souvenir d’une date historique, celle de la fête de la Fédération qui eut lieu le 14 juillet 1790 pour commémorer le premier anniversaire de la prise de la Bastille.

Cette fête, suggérée à l’Assemblée par La Fayette, célèbre la fédération de toute la nation française, alors en cours de constitution et alors que le pays reste encore constitué de Provinces héritières de duchés dont les « coutumes », au sens juridique du terme, sont souvent très différentes. Aussi, l’Assemblée en instituant cette commémoration du 14 Juillet avait bien à cœur de célébrer la réconciliation de TOUS les Français et d’engager notre pays sur la voie de l’unité nationale.

Déjà, donc, 230 ans, après la prise de la Bastille, et 229 ans après la fête de la Fédération, nous perpétuons cette tradition républicaine des départements et des communes qui jetèrent les bases de notre 14 juillet contemporain qui NOUS place, nous le peuple français au centre des célébrations en nous permettant d’affirmer notre souveraineté.

L’an passé le 14 juillet avait une saveur particulière avec cette coupe du monde, que l’équipe nationale avait enflammé, au gré de ces victoires successive et s’apprêtait à remporter. Rarement un 14 juillet n’avait rassemblé autant d’événements populaires de portée nationale et partout dans le Pays, les Français s’étaient rassemblés dans une même liesse nationale.

Et un an après nous revenons à un 14 juillet moins enflammé mais qui nous offre l’opportunité de réfléchir le rôle de la France, dans l’Europe et dans le Monde.

Cette année est celle du 75e anniversaire de notre Libération.

Avranches, dans deux semaines, vivra un temps fort avec la commémoration du 31 juillet, date historique de la percée d’Avranches réalisée par la troisième armée du général Patton. Il s’agit d’une date pour nous souvenir, pour se rappeler des mécanismes ordinaires de la guerre et du devoir de maintenir la Paix et la Liberté en combattant tous les obscurantismes.

Ces commémorations nous permettront d’accueillir nos amis européens des villes jumelés et partenaires, pour concrétiser nos indispensables relations d’amitiés ; et nous continuons à tisser notre réseau avec le Japon par exemple, dont les émissaires partagent la même visons d’échanges pacifiques, et d’échanges culturels et touristiques.

Au côté des grandes orientations diplomatiques données pas nos États, il nous revient le devoir d’œuvrer à notre échelle de tisser ces relations, d’inciter notre jeunesse à parcourir l’Europe et le monde afin de mesurer l’altérité des peuples et ainsi faire tomber les barrières de la « peur » et donc du « rejet » de ce qui est « étranger ».

C’est selon moi, l’une des meilleures manières de battre en brèche les idéologies du repli sur soi qui conduisent invariablement dans les impasses nationalistes que nous connaissons et que nous observons ici et là.

Donc, il nous revient aussi le devoir d’encourager notre jeunesse à s’engager au service de la France, et des relations européennes et internationales. C’est l’esprit de la France et cela doit rester dans nos gènes et constituer l’héritage des jeunes générations ! Une question ne doit jamais quitter notre esprit : notre France de l’Humanisme héritée de la Révolution et de l’après-guerre, qu’en faisons nous aujourd’hui ?

Plus que jamais, la France doit être moteur en Europe dans de nombreux domaines celui de l’Humanisme, certes, avec les enjeux migratoires qu’ils nous est impossible d’ignorer aujourd’hui ; mais aussi de la préservation de nos environnements naturels aujourd’hui fortement menacés.

Et j’ai la conviction que le premier engagement se situe à l’échelle de la commune !

Dans quelques mois, nous renouvellerons les exécutifs communaux partout en France. Ce sera un temps fort attendu pas tous les Français, un temps d’évaluation de nos mandats et de formulation de propositions nouvelles, constructives qui fasse avancer notre société sur le chemin de l’équité et de la justice sociale, de l’égalité des chances et de l’accès à l’éducation, à la santé, au travail, à la mobilité.

Au delà des querelles individuelles, c’est en œuvrant collectivement, au service de la collectivité, qu’il nous sera possible de construire ou tout simplement consolider nos acquis.

L’engagement est un devoir ! Et cet engagement qui nait la plupart du temps dans le monde associatif doit sans cesse être remis en avant car nous sommes trop souvent confrontés, au quotidien, à des postures consuméristes de la citoyenneté où l’individu pense à ses droits avant de se questionner sur ses devoirs ! Mais dans cette salle, nombreux sont ceux qui savent ce que signifie l’engagement : élus, sapeurs pompiers professionnels et bénévoles, gendarmes, membres et dirigeant d’associations, etc.

Plus que jamais, après ces cinq années au sein de ce conseil municipal, je suis convaincu par le rôle de la commune à l’échelle de notre Nation. La commune continue de constituer le socle primordial de notre République, dans le droit fil de ce que nos aînés ont bâti au fil des ans depuis 1790.

Nos communes doivent cependant se restructurer, s’associer face aux enjeux futurs ; la commune nouvelle que nous formons désormais avec Saint-Martin des Champs est la réponse à ces évolutions inéluctables qui nous obligent à être mieux armés faces à un monde qui se transforme et nous transforme. La commune a le devoir de conserver et promouvoir ce dialogue quotidien, instantané, entre chaque citoyen et sa « collectivité » !

Quoi qu’il en soit, l’engagement municipal, qu’elle que soit la commune !, est de façon évidente une manière d’accomplir utilement d’accomplir son devoir envers notre Nation qui continue de prodiguer à ses citoyens les services publics (certes parfois malmenés) indispensable à l’épanouissement de chacun et qui font de la France un pays de Liberté et de Paix.

En conclusion de cette allocution, je vous invite donc à œuvrer quotidiennement au bon exercice de votre devoir citoyen, à vous questionner sur le sens de cet héritage national que nous célébrons aujourd’hui, à ce signifie qu’être pleinement Français, de se sentir Français.

D’être fier est de revendiquer ce patrimoine national, constitué certes de « joies et de douleurs » en prenant une nouvelle fois conscience de notre valeur et de nos valeurs car, notre 14 juillet est bien un moment de cohésion et de fierté nationale !

Vive la République, Vive la France !

Et bon 14 juillet à tous !

Allocution de David Nicolas, maire d’Avranches

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s