Cérémonie du souvenir des victimes et des héros de la déportation

Ce dimanche matin, 28 avril 2019, nous nous rassemblons dans ce square Mainemer, à Avranches, pour honorer la mémoire des victimes et des héros de la Déportation.

Cette commémoration n’est pas uniquement une évocation de l’histoire, du passé, mais bien une manière de comprendre notre présent et et d’envisager notre avenir.

Ce matin nous nous réunissons dans ce square Mainemer pour nous souvenir des habitants d’Avranches ayant connu la déportation et l’extermination dans les camps de la mort.

Aujourd’hui nous nous souvenons de Simon et Rose Rosenthal et de leur fils Jacques déportés vers le camp d’Auschwitz en 1942. Nous nous souvenons aussi de Joseph et Dina Mainemer eux aussi déportés vers Auschwitz en 1942. Nous nous souvenons enfin d’Albert Mendelbaum lui aussi dénoncé et arrêté qui s’évada du camp d’Aurigny en juin 1944.

Ces vies avranchinaises brisées, nous les connaissons grâce au récit de ceux et celles qui survécurent. Aussi permettez moi de citer ce matin quelques extraits de l’œuvre de madame Simone Veil, décédée en juin 2017, et dont l’entrée au Panthéon, avec son époux, le 1er juillet dernier, est toujours dans nos mémoires.

Dans son autobriographie, intitulée « Une vie », parue en 2007, l’auteure écrit ceci :

« Tout ce qu’on peut dire, écrire, filmer sur l’Holocauste n’exorcise rien. La Shoah est omniprésente. Rien ne s’efface ; les convois, le travail, l’enfermement, les baraques, la maladie, le froid, le manque de sommeil, la faim , les humiliations, l’avilissement, les coups, les cris… non, rien ne peut ni ne doit être oublié. Mais au-delà de ces horreurs, seuls importent les morts. La chambre à gaz pour les enfants, les femmes, les vieillards, pour ceux qui attrapent la gale, qui clopinent, qui ont mauvaise mine ; et pour les autres, la mort lente. Deux milles cinq cents survivants sur soixante-dix-huit mille Juifs français déportés. Il n’y a que la Shoah ! L’atmosphère de crématoire, de fumée et de puanteur de Birkenau, je ne l’oublierai jamais ! Là-bas, dans les plaines allemandes et polonaises, s’étendent désormais des espaces dénudés sur lesquels règne le silence ; c’est le poids effrayant du vide que l’oubli n’a pas le droit de combler, et que la mémoire des vivants habitera toujours. »

Fin de citation […]

Au côté de cette mémoire des vivants, face au silence des disparus, s’inscrit la parole de ceux qui survécurent et que nous devons évoquer en ce jour ; cette parole qui a révélé l’action et le courage des personnes qui refusèrent de renier leur humanité pour venir en aide à d’autres hommes, femmes et enfants.

Ainsi, à Avranches, nous rendons hommage à Henri et Madeleine Bitard qui abritèrent pendant 40 jours à leur domicile, de novembre à décembre 1942, Anne-Marie Mainemer et Rose-Marie Mainemer avant leur évasion vers Caen, puis Lyon.

Nous rendons aussi hommage à la Paul et Élise Thomas qui recueillirent Estelle Rosenthal, âgée de quelques semaines seulement lorsque ses parents furent déportés en 1942. Ce sont « nos » Justes qui doivent demeurer des exemples d’humanité, en toute circonstance, maintenant et demain.

Permettez moi encore à leur sujet de citer Simone Veil :

« Cette mémoire des Justes est un trésor dont la sauvegarde est d’autant plus précieuse que le monde où nous vivons me semble menacé, non seulement par le désordre climatique, mais par le retour des intégrismes, après un demi-siècle où l’on avait pu se bercer du sentiment que la tolérance et l’œcuménisme étaient en progrès. »

Fin de citation […]

Car en effet, douze ans après la parution de l’autobiographie de madame Simone Veil, ses inquiétudes nous habitent chaque jour davantage.

Confrontés au constat de la montée des nationalismes, des discours xénophobes, conscients de l’augmentation du racisme sous toutes ses formes, de l’émergence des fanatismes politiques ou religieux et à la fréquente remise en cause des principes du droit et de la démocratie, le message que nous délivrons à l’occasion de cette commémoration est plus que jamais d’actualité.

Aussi, je vous invite à lire et relire Simone Veil, à vous nourrir de sa pensée édifiante qui nous amène à refuser le cynisme et l’indifférence pour considérer avec bienveillance les plus faibles d’entre nous qui sont exclus, rejetés, stigmatisés ou agressés, en raisons de leur origine, de leur culture, de leur religion. Enfin, à ce sujet, permettez-moi de citer une dernière fois ce matin un extrait de son livre ; extrait qui nous indique avec une grande clarté la voie de l’humanité qui se dessine dans la pénombre de la banalisation :

« Ce qui ruine le pessimisme fondamental des adeptes de la banalisation, c’est à la fois le spectacle de leur propre lâcheté, mais aussi, en contrepoint, l’ampleur des risques pris par les justes, ces hommes qui n’attendaient rien, qui ne savaient pas ce qui allait se passer, mais qui n’en ont pas moins couru tous les dangers pour sauver des juifs que, le plus souvent, ils ne connaissaient pas. Leurs actes prouvent que la banalité du mal n’existe pas. Leur mérite est immense, tout autant que notre dette à leur égard. En sauvant tel ou tel individu, ils ont témoigné de la grandeur de l’humanité. »

Fin de citation […]

Pour conclure, je souhaiterais vous remercier de votre présence à cette cérémonie importante, à laquelle vous êtes attachés ; cette journée du souvenir nous donne donc l’opportunité de concrétiser notre hommage en lançant un appel pour que tous les efforts soient poursuivis afin de donner son plein sens à notre devise républicaine :

Liberté, Égalité & Fraternité

Vive la République, vive la France !

58441603_2073563856277755_927140412500475904_n.jpg

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s