Notre-Dame de Paris, le jour d’après

Eugène Viollet Leduc

Notre-Dame, le jour d’après.
Il est des monuments qui sont des joyaux.
Universels, ils parlent à l’âme des hommes et des femmes sans que ceux-ci y prêtent attention tant cet attachement est naturel, intime et indicible. Jusqu’au jour où le drame arrive…
Ainsi en est-il des Parisiens, des Français et des millions de personnes qui, à travers le monde, sont familiers de Notre-Dame, monument symbole du génie humain, vieille dame millénaire qui traverse les époques et unit les générations depuis tant de siècles.
Alors oui, tandis que le brasier est maitrisé par les soldats du feu (et l’on imagine aisément à quel point l’engagement de ces pompiers fut intense face à la dimension exceptionnelle et émotionnelle du sinistre) et que les ruines sont encore fumantes, ce drame pourrait paraitre insurmontable !
Et pourtant ; même si la charpente médiévale est perdue à jamais, même si un mobilier important et de nombreuses oeuvres d’art sont sans doute irrémédiablement endommagés, même si les vitraux gothiques ont été en grande partie engloutis dans la fournaise, nous portons en nous la certitude qu’il sera possible de rebâtir Notre-Dame.
À bien y penser, le chantier de reconstruction de la cathédrale de Paris sera sans aucun doute, comme il le fut tout au long des siècles, le point de convergence des savoir-faire et de l’intelligence humaine. Ces années à venir seront difficiles. Il nous faudra une volonté extra-ordinaire pour aboutir. Mais il est évident que nous rebâtirons Notre-Dame et que ce gigantesque chantier mobilisera des centaines d’artisans, de compagnons, suscitera même des vocations.
Il est à souhaiter que cette épreuve sera aussi la preuve donnée à l’Homme, par les hommes et les femmes de bonne volonté, de leur capacité à surmonter les épreuves ; car si un joyau du génie humain a succombé hier dans les flammes, nous devons garder à l’esprit que l’état de dégradation de notre Terre en appelle à notre persévérance et à notre résilience, comme Notre-Dame qui devient de ce fait un symbole nouveau du devoir de l’Homme de ne jamais succomber ni renoncer dans l’adversité.
Fluctuat nec mergitur !

Les secrets des cathedrales, p 06, Construction d'une eglise a Saint-Denis (Miniature du XIIIe siecle)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s