Dans le prolongement des attentats de Paris

À Avranches, le 20 novembre 2015, peu après les attentats terroristes de Paris perpétrés le 13 novembre, un commerce du centre ville a été victime d’une agression à l’arme à feu.

Ce matin là, les propriétaires du Serhat kebab situé face à la mairie ont découvert dans leur devanture un trou béant causé par le tir d’une arme de chasse. J’ai alors condamné de toutes mes forces, avec l’ensemble des élus de la majorité municipale, cet acte totalement idiot et dangereux en rappelant que toute forme de violence dans notre ville, comme sur tout le territoire national, ne doit être tolérée sous aucun prétexte. J’ai également condamné avec fermeté ces voyous qui tentent d’opposer les habitants en semant la terreur.

Le 21 novembre, un rassemblement devant le Serhat Kebab avait permis à bon nombre d’Avranchinais de manifester leur indignation face à cette intolérable agression. Nous avons ainsi été très nombreux à affirmer notre soutien indéfectible à la famille de commerçants qui tient depuis près de dix ans avec rigueur cet établissement du centre ville et qui a été particulièrement affectée par une agression tout aussi grave qu’inédite à Avranches.

Moins d’une semaine après les faits, l’affaire est résolue et jugée.

Cette affaire a été résolue grâce aux efforts et au professionnalisme des forces de l’ordre auxquelles je rends un hommage appuyé.

Aussitôt après la découverte des faits, la gendarmerie et la police municipale ont tout mis en œuvre pour identifier les coupables.

Tout d’abord, la police municipale d’Avranches a largement contribué à l’identification du véhicule utilisé par les auteurs de l’agression, grâce à l’exploitation des images de vidéosurveillance.

Ensuite, la brigade territoriale de gendarmerie d’Avranches a rapidement et méthodiquement mené l’enquête à son terme. Dès lundi, les coupables, deux jeunes hommes originaires des environs proches d’Avranches, étaient identifiés puis interpelés.

Je suis également reconnaissant envers notre justice républicaine qui a su, dans ce contexte national particulièrement sensible –faut-il rappeler que l’état d’urgence a été décrété ?–  prendre la mesure de ces faits et appliquer une peine à la hauteur de leur gravité.

Capture d’écran 2015-11-25 à 23.45.43

Que retenir de cette pénible affaire ?

Aujourd’hui, mercredi 25 novembre, au cours de cette audience en comparution immédiate du tribunal de grande instance de Coutances, beaucoup de choses ont été dites. Je retiendrai pourtant l’essentiel qui, selon moi, doit faire sens pour que de pareils agissements ne se reproduisent pas.

Tout d’abord, l’enquête a révélé de manière évidente le caractère « raciste » et « xénophobe » de l’agression. Une agression qui ne n’a pas été accomplie sur un coup de tête mais bien selon un stratagème précis, avec un repérage et la dissimulation des plaques d’immatriculation du véhicule. Une agression qui est la quintessence même de l’acte raciste qui consiste à s’attaquer à des personnes que l’on connaît, auxquelles on n’a rien à reprocher mais que l’on cible pour des différences ethnique, culturelle ou religieuse.

Les coupables souhaitaient « faire peur », « faire de la casse », « parce qu’il y en marre de ces arabes qui font chier » […]. Sans commentaire. Il s’agit bien ici de l’expression de la réaction primaire d’individus dont l’ignorance constitue le terreau de leur propre haine. Une ignorance qui va jusqu’à nier les enjeux humains, les séquelles morales, qu’occasionnent de tels comportements.

Il a été évoqué « une expédition punitive », mais pour punir qui ? En quoi nos commerçants turcs sont-ils responsables des attentats de Paris ? Doit-on encore rappeler que nul n’est censé se faire justice soi-même ? L’un des coupables a également déclaré lors des auditions qu’il n’y a « pas de mosquée à Avranches, donc on a fait le kebab ». Ces propos dénotent une immaturité totale qui s’avère dangereuse lorsque ces individus détiennent une arme à feu.

Nous sommes donc bien face à des jeunes en « perte de repères » qui commettent des actes d’une grande gravité ; dont le comportement imbécile prend une dimension particulière dans un contexte national difficile.

Comme l’a affirmé le Procureur de la République cet acte xénophobe malveillant, d’une bêtise immense, constitue précisément le but recherché par les terroristes islamistes. Un acte imbécile, certes, mais qui va bien au-delà puisque les coupables se rendent complices de ce qui est voulu par les intégristes : à savoir la division de la France et la création de tensions entre les communautés du fait d’un climat de terreur et de défiance.

Le Procureur a d’ailleurs rendu hommage aux habitants d’Avranches qui ont manifesté leur soutien aux victimes en affichant clairement leur souhait de maintenir la cohésion sociale.

Une vérité simple a été rappelée : en cette période où les forces de l’ordre sont mises à contribution de façon inhabituelle, il est à souligner que des faits de ce genre mobilisent fortement des gendarmes dont la présence serait sans nul doute plus utile ailleurs. De tels agissements ont un coût non négligeable pour notre société.

Ces temps troublés nous font constater que la bêtise et la haine n’épargnent aucune partie de notre territoire. Ce soir, je suis heureux d’affirmer que la France est bel et bien un État de droit.

Capture d’écran 2015-11-25 à 23.39.27

2 réflexions sur “Dans le prolongement des attentats de Paris

  1. Ce commentaire est excellent.
    Il faut absolument s’ opposer à la bêtise fanatique, raciste et dangereusement déviante.
    Ici, pour un « délit » fort peu banal, en France, pour une terreur meurtrière très organisée et qui ne « crie pas gare » mais aussi partout dans le monde ou ces fanatiques propagandistes très avertis, « dissimulés » dans de multiples réseaux « sous-terrain », minutieusement coordonnés, ultra organisés, frappent n’importe où, n’importe quand, d’une force destructrice très importante, autant sur un plan humain que psychologique (« à qui le tour ?…..La question terrible qui hante les esprits……).
    Il faut ÉRADIQUER ce mal à la source pour ne plus être sous son emprise.

    J'aime

  2. Mouais.
    Sachons relativiser. Nous avons à faire à un acte débile, con et putride en accord avec l’actualité: une vitrine cassée. Cet acte est fort de conséquence et malheureusement utile aux politiciens de tous poils. Nous avons à faire à de pauvres individus prouvant l’échec de notre constitution. Car d’un côté notre constitution, grand bien lui fasse, interdit la peine de mort, mais, d’un autre côté elle ne se donne aucun moyen d’éduquer les jeunes générations. Et elle laisse à de pauvres parents, souvent incultes, le soin d’éduquer leurs enfants?!
    On nous parle sans arrêt de réformes, mais elles ne sont qu’économiques, bonnes à servir le Capital (enrichir les gros, dont ceux du FN, du PS et du PR). Une bonne réforme serait de tout mettre sur l’éducation et la culture!!! Nous avons réussit à diminuer l’influence de l’Eglise, grand bien nous fasse! Par contre, on ne nous propose rien en substitution… C’est vrai que sur Avranches ça doit pas être facile…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s