Hommage à Fernand Le Prieur, maire d’Avranches (1983-1989)

Fernand Le Prieur le 31 juillet 2014

Chère famille Le Prieur,

Je prends la parole ce matin, au nom du conseil municipal, des personnels municipaux et de la ville d’Avranches pour vous dire l’amitié, l’affection, que nous vous portons et que nous portions à Fernand Le Prieur.

La disparition de « Maître Le Prieur », comme beaucoup l’appelaient, nous plonge dans une grande tristesse et prive notre ville de l’une de ses figures les plus remarquables.

Formé et éduqué au collège Littré, Fernand Le Prieur y a acquis et développé sa passion pour Avranches ; un amour pour sa ville, son patrimoine et son histoire, qui le conduisit à investir le champ du tourisme en pilotant le syndicat d’initiative à partir de 1957, jusqu’en 2001.

Le mandat de maire de Fernand Le Prieur, de 1983 à 1989, aura été l’accomplissement de son long et sincère engagement au service de sa commune ; au cours de ces six années il aura encore amplifié la renommée de la « cité des fleurs » à l’échelle du Grand Ouest et dont, sans cesse, il souhaita améliorer les équipements.

Je pense naturellement, comme beaucoup d’entre vous, aux travaux qui furent réalisés sous son égide au Jardin des Plantes dont il réalisa la sonorisation et la mise en lumière.

De nombreux aménagements urbains furent aussi engagés : les rues piétonnes dans les 3 Quartiers, l’éclairage du stade, les travaux de canalisation de la vallée de la Pivette, du quartier Saint-Étienne et bien d’autres encore.

En 1989, à la fin de son mandat il se disait : « profondément enraciné et viscéralement attaché à sa cité » ; c’est bien avec cet attachement charnel et bienveillant qu’il dirigea avec rigueur et discernement notre ville.

À titre plus personnel, Fernand Le Prieur restera le maire de mes années au collège Challemel-Lacour où j’avais pour camarades ses petits fils Sylvain et Olivier. C’est à cette époque que j’ai pu observer cet homme absolument impliqué dans son engagement municipal et nous découvrions, jeunes avranchinais, un maire proche de ses concitoyens, aimable, attentif et sincère.

Je me souviens notamment de sa présence dans les manifestations liées aux jumelages auxquels il accordait la plus haute importance ; j’ai en mémoire, plus particulièrement d’un échange avec Korbach, en 1988, et de ses paroles enthousiasmantes sur la nécessité de construire l’Europe dont il avait été le témoin des déchirements, au commencement de sa vie d’homme.

Fernand Le Prieur fait partie de ces figures remarquables qui alimentent nos panthéons personnels, qui construisent nos consciences d’hommes et nous montrent la voie à suivre ; la voie de l’honnêteté, de l’humanisme et de l’implication sincère dans la vie de la cité.

L’une des dernières apparitions publiques de Fernand Le Prieur eut lieu le 31 juillet 2014 à l’occasion des commémorations du 70ème anniversaire de la Libération d’Avranches.

Place Patton, au commencement des festivités, il avait répondu présent pour participer à cette manifestation du souvenir ; nous avions échangé quelques mots et il était heureux de voir que ce flambeau qu’il avait lui même porté en 1984, puis transmis, était toujours bien vivant.

Alors, certes, Fernand, vous venez de nous quitter. Pourtant je l’affirme, la ville d’Avranches, votre ville, ne vous oubliera pas.

Allocution prononcée le 21 septembre 2015 à l’occasion des obsèques de Fernand Le Prieur, en l’église Saint-Gervais d’Avranches

2 réflexions sur “Hommage à Fernand Le Prieur, maire d’Avranches (1983-1989)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s