Le maire d’Avranches naïf et ignorant ?

« Naïveté et ignorance »

Les mots ont été lâchés, aujourd’hui mardi 17 mars 2015, lors du débat radiophonique sur Sea-FM, organisé à l’hôtel de ville d’Avranches, à quelques jours du premier tour de scrutin des élections départementales.

Le maire d’Avranches serait « naïf et ignorant » dans son positionnement sur la question d’un site unique pour le centre hospitalier Avranches-Granville.

C’est le candidat en campagne, par ailleurs assistant parlementaire du député de la circonscription d’Avranches et ancien maire de la commune, qui s’est hasardé à porter ce jugement sur un dossier sensible qui mérite d’être abordé avec la plus grande circonspection. Comment peut-on reprocher à des élus et à des médecins de travailler intelligemment et dans le consensus à la construction d’un projet de santé publique sur notre territoire ?

Mon positionnement est d’une grande limpidité et surtout d’une honnêteté qui ne devrait pas souffrir de telles critiques.

Selon moi, faire de la politique ce n’est pas faire « la guerre » ; ce n’est pas combattre en permanence, du moins cela ne devrait pas l’être. Faire de la politique, au sens noble du terme, c’est travailler positivement pour le bien commun, c’est construire l’avenir. Or, c’est précisément ce que Granville et Avranches font depuis plusieurs semaines ; les médecins avec les acteurs politiques avancent ensemble – et c’est historique ! – pour construire une offre de santé cohérente et rationnelle.

Qu’ai-je dit pour que l’on me qualifie de « naïf et d’ignorant » ?

Je me suis positionné en mon âme et conscience pour un « site unique » pour notre centre hospitalier. En effet, depuis de trop longues années, les politiques du Sud Manche, faute de s’entendre, ont ménagé la chèvre et le chou en cherchant à maintenir sur deux sites un centre hospitalier voué à une mort certaine si des décisions importantes ne sont pas prises dans les mois qui viennent.

La vérité, celle qui est révélée par le personnel médical de l’établissement, celle que je défends et que le maire de Granville défend également, est qu’aujourd’hui notre centre hospitalier est en danger : manque d’efficacité, risques sanitaires graves dans le parcours patient, surcoût abyssal lié à l’emploi d’intérimaires (payés trois fois plus chers que les médecins titulaires en fin de carrière !), manque cruel d’attractivité faute de projets de services, etc. Faut-il rappeler au candidat que les 33 médecins présents lors de la Commission Médicale d’Établissement, la semaine passée, se sont prononcés à l’unanimité en faveur du centre hospitalier sur un site unique ?

Alors, face a ce jugement selon lequel je serais « naïf et ignorant », je rétorque fermement à ce candidat que ma préoccupation est avant tout celle du maintien d’un service public hospitalier de qualité, de proximité avec à terme une attractivité renouvelée.

Jamais, depuis mon élection, je ne me suis positionné de manière électoraliste et je condamne fermement tout positionnement de ce type.

Je n’appartiens à aucun parti, je suis libre de penser et d’agir pour le bien de l’intérêt public. Je ne poursuis pas une carrière politique, je me suis seulement engagé pour le bien de tous, pour le bien commun et c’est bien là ma seule motivation. Alors, non, je ne suis ni « naïf » ni « ignorant ».

Je suis un élu responsable qui fonde son opinion sur les avis sérieux de médecins, qui, au quotidien, défendent le service public hospitalier. Je ne me voile pas la face devant une réalité qui réclame un vrai courage politique.

L’avenir de notre territoire, le Sud-Manche, sera conditionné par la capacité que les hommes et les femmes politiques auront à se placer au-dessus des calculs politiciens. Or, j’ai le sentiment que certains acteurs politiques sont aujourd’hui incapables d’accepter un verdict démocratique et agissent avec une soif évidente de revanche.

Avranches ou Granville ?

Aujourd’hui, il est encore trop tôt pour se prononcer sur la localisation de ce site unique. Cependant je comprends parfaitement l’inquiétude de chacun de voir disparaître, à Avranches, ce centre hospitalier qui fait partie de l’identité même de la ville.

Je suis, à titre personnel, très attaché à l’hôpital d’Avranches, mes grands-parents y sont décédés, mes enfants y sont nés, et, bien entendu, le moment venu, je ferai valoir les atouts de cet établissement, dans le respect des intérêts granvillais et des élus de ce territoire voisin et ami. Et, bien entendu, je serai vigilant sur la façon dont s’organisera demain l’offre hospitalière publique du territoire.

À présent, je souhaiterais que cessent les calculs dangereux et contre-productifs auxquels certaines personnes se livrent pour se constituer un piédestal, une tribune. Il est particulièrement indécent de jouer avec les craintes des usagers et des personnels.

Il est urgent désormais, si l’on souhaite réconcilier les citoyens avec la politique, de jouer franc-jeu, de parler clair ; il en va de la survie de notre modèle démocratique et républicain, et, surtout, en l’espèce, de l’avenir de nos services publics qui ne souffriront pas de devoir être bringuebalés dans les remous politiciens.

8 réflexions sur “Le maire d’Avranches naïf et ignorant ?

  1. On se demande vraiment qui est naïf et ignorant… On a l’impression d’entendre l’écho de notre député.
    Il faut avancer avec les personnes qui travaillent à l’hôpital et arrêter l’immobilisme.

    J'aime

  2. Merci pour ce positionnement responsable qui explique sur ce dossier les enjeux complexes qui nécessite et nécessitera encore la réflexion concertée déjà engagée avec tous les acteurs .
    Encore hier soir un médecin du centre hospitalier et une infirmière me parlaient de leur préoccupation. Il ont besoin pour s’ investir que soit mise en place une offre hospitalière publique de qualité pour tous et accessible à tous sur le territoire . ne s’agit-il pas sans précipitation ni effets d’ annonces de continuer à s’impliquer dans cette concertation qui demande de se positionner par étape et de tenir informer nos concitoyens .

    J'aime

  3. La fermeture de l’hôpital est évidemment une catastrophe pour Avranches. La ville y perdra beaucoup de son attractivité et de son dynamisme au profit de Granville. Que des décideurs extérieurs et des médecins soient pour n’a rien d’étonnant. Pour eux Granville ou Avranches quelle importance ?Ils n’ont pas vocation à défendre les intérêts d’Avranches.
    D’autre part cette décision participe à une diminution de l’offre de service public qui ne me semble pas justifiée car elle se fait sous prétexte d’économie, or il n’y a pas de réelle économie pour l’usager : en effet c’est la clinique privée qui prendra le « marché » mais qui paye la clinique privée ? Les patients et la sécurité sociale. Avec toutes les dérives de dépassements d’honoraires que l’on connaît, on ne peut pas dire que l’offre privée soit moins chère au final, simplement elle ne rentre pas dans la même ligne comptable et est inégalitaire.

    J'aime

  4. Comment peux -t-on parler « d’attractivité » pour un centre hospitalier ?? Où est l’attractivité quand je serai obligé de faire 30 km pour aller me faire soigner ?
    On parle de « productivité, Attractivité, Réactivité …… j’en passe !… Bref , le service hospitalier est devenu une entreprise commerciale , c’est honteux.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s